Deux petites siamoises liées par la tête séparées avec succès

le
0
Agées d'un an, les fillettes opérées en août à Londres se portent bien. Leur chance de survie n'était que d'une sur 10 millions.

Il y a encore un mois, Rital et sa s½ur siamoise Ritag étaient liées par une partie du crâne. Ces jumelles soudanaises ont été opérées avec succès à Londres à quatre reprises entre mai et la mi-août. Malgré l'extrême difficulté de la procédure, elles ne présentent pas de séquelles neurologiques, selon l'équipe médicale de l'hôpital pour enfants de Londres qui les a prises en charge.

Les siamois représentent une naissance sur 100.000 dans le monde et sont plus fréquents en Asie et en Afrique. Parmi eux, 5% seulement sont attachés par la tête - on les appelle «craniopagus». Dans 40% des cas, ces nourrissons ne survivent pas à la naissance. Un autre tiers décède dans les 24 heures suivant la venue au monde. Les chances pour Ritak et Ritag de dépasser la petite enfance n'étaient donc que d'une sur 10 millions.

Un défi médical

La pathologie de fillettes n'impliquait pas seulement de couper la peau qu'elles partageaient. Selon les quelque 25 médecins a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant