Deux personnes en examen pour favoritisme à la mairie de Cannes

le
0
DEUX PERSONNES MISES EN EXAMEN POUR FAVORITISME À LA MAIRIE DE CANNES
DEUX PERSONNES MISES EN EXAMEN POUR FAVORITISME À LA MAIRIE DE CANNES

NICE (Reuters) - Le deuxième adjoint au maire de Cannes et le directeur général adjoint des services de la mairie ont été mis en examen mercredi pour favoritisme lors de l'attribution en 2013 d'une concession de 30 ans à la discothèque Le Bâoli, a indiqué jeudi le parquet.

Christophe Santelli-Estrany et Philippe Lavaud sont également soupçonnés d'avoir autorisé illégalement les travaux de l'établissement situé au bout de la Croisette, "alors que le règlement n'autorisait pas ce genre de construction à cet endroit", indique une source proche du dossier.

L'élu et le fonctionnaire ont aussi été mis en examen pour complicité de violation d'une interdiction administrative.

La justice les suspecte d'avoir permis aux gérants de "contourner" une fermeture de 15 jours décidée par la préfecture des Alpes-Maritimes à la suite de violences commises sur des clients.

Le Baôli aurait ainsi eu l'autorisation de la mairie de poursuivre son activité en la déplaçant sur son deuxième site -le Bâoli Beach, à quelques centaines de mètres en pleine Croisette.

Cette affaire s'inscrit dans le cadre des investigations menées depuis plusieurs mois par le juge d'instruction Jean-Pierre Murciano.

Elles ont notamment débouché sur des perquisitions à la mairie de Cannes et la mise en examen fin 2013 de deux conseillers du maire, le président et trésorier de l'association "des Amis de Cannes", et une conseillère municipale.

Les enquêteurs tentent de déterminer si les fonds récoltés par cette association n'auraient pas servi à financer des dépenses politiques et si les donateurs n'auraient pas, en contrepartie, obtenu des faveurs.

Le député-maire de Cannes, Bernard Brochand (UMP),a réaffirmé jeudi sa confiance en son deuxième adjoint.

Il a souhaité dans un communiqué que "l'instruction en cours sur l'association des Amis de Cannes aille au bout et fasse la lumière, toute la lumière, sur les allégations portées depuis plusieurs semaines contre des membres" de son équipe.

L'instruction se déroule dans le contexte d'une campagne électorale tendue à Cannes.

Elle oppose cinq candidats dont deux prétendants UMP, David Lisnard le premier adjoint actuel, dauphin désigné de Bernard Brochand, et le conseiller municipal Philippe Tabarot, frère de Michèle Tabarot, maire de la commune voisine du Cannet et secrétaire générale de l'UMP.

Matthias Galante, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant