Deux modèles de chez Eurocopter vérifiés après des fissures

le
0

PARIS (Reuters) - Les autorités européennes de sécurité aérienne ont imposé des vérifications ou des restrictions sur deux types d'hélicoptères construits par Eurocopter, filiale d'EADS, à la suite de plusieurs incidents liés à des fissures.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) dit avoir demandé des inspections de routine autour de la base des pales du rotor des modèles EC 135 d'Eurocopter après la détection de fissures sur trois appareils.

L'hélicoptère bimoteur civil est largement utilisé pour des missions d'urgence.

"Cette situation, si elle n'est pas détectée, pourrait entraîner une nouvelle propagation des fissures, susceptible de provoquer une panne du moyeu (centre) du rotor principal et une perte subséquente de l'hélicoptère", précise l'EASA dans une directive de sécurité.

Dans une directive distincte, l'agence revient sur l'amerrissage forcé début mai d'un EC 225 Super Puma en Mer du Nord.

Les pilotes ont dû faire amerrir le 10 mai l'hélicoptère, qui avait 14 personnes à son bord, après l'allumage d'un avertisseur de pression d'huile.

L'incident a conduit à clouer au sol de manière temporaire les Super Puma utilisé par l'opérateur britannique de l'hélicoptère, Bond Offshore Helicopters.

L'EASA a précisé que les premières investigations sur la cause de l'accident avaient fait apparaître une fissure sur un manche à l'intérieur de la boîte de vitesses.

L'agence a demandé aux opérateurs d'hélicoptères de contrôler les données de surveillance des vibrations et de restreindre leurs vols à la journée tant qu'un tel système n'est pas installé sur leurs Super Puma.

Bond Offshore Helicopters a dit avoir déjà mis en oeuvre les recommandations.

"La sécurité est confirmée (en référence aux deux modèles) et les vols ne sont pas suspendus", a souligné une porte-parole d'Eurocopter, précisant que les deux enquêtes étaient encore en cours.

Eurocopter est la troisième division d'EADS derrière Airbus et le pôle spatial Astrium. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 5,4 milliards d'euros en 2011 et son carnet de commandes représente 13,9 milliards d'euros.

Tim Hepher, avec Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant