Deux mille militaires français actuellement au sol au Mali

le
0
DEUX MILLE MILITAIRES FRANÇAIS ACTUELLEMENT DÉPLOYÉS AU MALI
DEUX MILLE MILITAIRES FRANÇAIS ACTUELLEMENT DÉPLOYÉS AU MALI

PARIS (Reuters) - Deux mille militaires français étaient au sol au Mali samedi matin et le chiffre de 2.500, initialement prévu, sera peut-être dépassé, a déclaré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Il a ajouté qu'aucun combat n'avait eu lieu à Diabali et invité chacun à considérer les informations diffusées sur place avec prudence.

Le ministre a assuré qu'aucun soldat français n'avait été blessé, sans préciser à quelle zone du Mali il faisait référence.

"Il y a aujourd'hui 2.000 militaires français au sol au Mali et l'opération Serval regroupe environ 2.900 militaires à cet instant", en comptant les soldats français dans les pays voisins, à Ouagadougou (Burkina Faso), Niamey (Niger) et Dakar (Sénégal), a-t-il dit sur France 3 Bretagne.

Interrogé sur la prévision de 2.500 militaires français engagés au sol à terme dans le pays d'Afrique de l'Ouest, il a répondu: "Peut-être qu'on les dépassera, en tout cas ça fera environ 4.000 militaires qui seront mobilisés pour cette opération".

Il a ajouté qu'il n'y avait pas eu de combat à Diabali et que le site n'avait pas été investi par des militaires français ou maliens.

Des sources maliennes font au contraire état samedi de la présence de troupes des deux pays dans la ville après la fuite des islamistes.

"Je pense que quelqu'un a eu une hallucination", a dit Jean-Yves Le Drian, à propos d'informations sur des combats au corps à corps.

"Il n'y a pas eu de combat à Diabali, il n'y a pas eu de combat terrestre à Diabali", a-t-il poursuivi. "On n'a pas de troupes françaises ni maliennes dans ce site."

Selon le ministre de la Défense, aucun soldat français n'a été blessé mais des soldats maliens l'ont été. Il n'a cependant pas précisé s'il ne parlait que de la zone de Diabali.

Un militaire français est mort dans les premières heures de l'intervention française au Mali, le chef de bataillon Damien Boiteux, 41 ans, tué aux commandes de son hélicoptère.

Jean-Baptiste Vey, édité par Julien Dury

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant