Deux militaires jugés pour bizutage à Marseille

le
0
Ces sous-officiers sont renvoyés devant le tribunal de Marseille pour «violences en réunion» à l'encontre d'un ancien sergent de la base aérienne d'Istres, jugé pour désertion il y a un an.

«Benjamin est brisé. Il n'arrive pas à s'en sortir, ni professionnellement ni psychologiquement», révèle Me Isabelle Ansaldi, l'avocate de Benjamin Pisani. Tout a commencé par la désertion du jeune homme en juillet 2011 de la base aérienne 125 d'Istres (Bouches-du-Rhône). Issu d'une famille de militaires et de policiers, il l'avait intégrée en octobre 2009 à sa sortie de l'école de sous-officiers de l'armée de l'air de Rochefort (Charente-Maritime). Il signe alors pour cinq ans comme mécanicien, avec le grade de sergent, et s'occupe de l'entretien des Mirages 2000.

Mais trois ans plus tard, Benjamin Pisani claque la porte de la base. Il demande alors officiellement la résiliation de son contrat le 1er août 2011, que l'armée refuse. «Il faut savoir que...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant