Deux juges français pour un mandat d'arrêt contre Obiang fils

le
0

PARIS (Reuters) - Deux juges français ont demandé un mandat d'arrêt international pour "blanchiment" contre le fils du président de Guinée-Equatoriale, Teodorin Obiang, dans le cadre de l'enquête sur son patrimoine français, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont, comme le veut la procédure, demandé au préalable l'avis du procureur dans une ordonnance transmise début mars. Le procureur n'a pas répondu à ce jour, a-t-on précisé de même source.

Les magistrats, qui seront libres de décider en dernier ressort, estiment qu'il existe des soupçons de fraude dans l'acquisition d'un très important patrimoine, notamment immobilier, en France par Teodorin Obiang, fils de Teodoro Obiang et ministre de l'Agriculture dans son pays.

Les magistrats, saisis depuis 2010 malgré l'opposition du parquet d'une information judiciaire sans précédent pour "recel de détournement de fonds publics", validée par la Cour de cassation en 2010, soupçonnent que ces biens ont été achetés avec des fonds publics équato-guinéens pour un profit privé.

Ils avaient relancé en février dernier l'enquête pénale sur ce dossier en diligentant une perquisition dans un immeuble détenu par la Guinée-Equatoriale, avenue Foch à Paris. Des oeuvres d'art et des vins fins ont été extraits pour plusieurs millions d'euros. L'immeuble est évalué à 150 millions d'euros.

L'organisation anti-corruption Transparency, à l'origine de l'affaire, soupçonne un pillage systématique des caisses de l'Etat de ce petit pays ouest-africain.

Sans précédent en Europe, la procédure vise aussi les biens détenus en France par les familles d'Ali Bongo (Gabon), Denis Sassou N'Guesso (Congo-Brazzaville), qui possèdent respectivement à Paris 39 et 24 propriétés immobilières de luxe et environ 200 comptes bancaires au total.

Thierry Lévêque, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant