Deux journalistes d'Al Djazira veulent être expulsés d'Egypte

le
0

(Actualisé avec autre journaliste, contexte) SYDNEY, 2 janvier (Reuters) - Deux journalistes de la chaîne arabe Al Djazira, l'Australien Peter Greste et le Canado-Egyptien Mohamed Fahmy, ont demandé à être expulsés d'Egypte, ont annoncé vendredi leurs proches. Les deux hommes, tout comme le journaliste égyptien Baher Mohamed du bureau d'Al Djazira au Caire, ont vu la Cour de cassation égyptienne annuler jeudi leurs condamnations à des peines de prison et ordonner la tenue d'un nouveau procès. Les trois journalistes arrêtés en décembre 2013 avaient été condamnés en juin dernier à des peines de sept à dix ans de prison ferme, notamment pour assistance à une "organisation terroriste", en l'occurrence les Frères musulmans, mouvement désormais hors la loi. Leur procès avait été très critiqué à l'étranger en raison du manque de preuves et de la façon désordonnée dont il avait été conduit. Une rumeur courait depuis quelque temps selon laquelle le président Abdel Fattah al Sissi pourrait décider de gracier ou d'expulser les trois hommes. Les avocats et les familles des journalistes avaient espéré que la décision d'organiser un nouveau procès, en se fondant sur des vices procédures lors du premier, leur permettrait de recouvrer tout de suite la liberté mais la Cour de cassation les a maintenus en détention. Le juge n'a pas fixé de date pour le nouveau procès. Les avocats de avocats de la défense pensent qu'il pourrait s'ouvrir d'ici un mois. A Doha, au Qatar, où se trouve son siège, la chaîne Al Djazira a réaffirmé que le procès des trois journalistes avait été truqué et elle a demandé une nouvelle fois leur libération. (Jane Wardell avec Maggie Fick et Lin Noueihed; Eric Faye, Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant