Deux journalistes d'Al Djazira remis en liberté en Egypte

le
0

LE CAIRE, 12 février (Reuters) - Deux journalistes de la chaîne qatarie Al Djazira, Mohamed Fahmy et Baher Mohamed, ont été remis en liberté jeudi en Egypte après plus de 400 jours de détention, sans pour autant avoir été blanchis. Mohamed Fahmy, un Canadien d'origine égyptienne, a été libéré en contrepartie du versement d'une caution de 250.000 livres égyptiennes. Baher Mohamed, de nationalité égyptienne, n'a pas versé de caution. Le magistrat Hassan Farid a annoncé que leur procès, qui s'ouvrait ce mercredi, reprendrait le 23 février. Mohamed Fahmy, Baher Mohamed et l'Australien Peter Greste, un autre journaliste de la chaîne qatarie, avaient été condamnés l'an dernier à des peines de sept à dix ans de prison pour plusieurs chefs d'accusation, dont celui de propagation de mensonges dans le but d'aider une organisation terroriste - allusion aux Frères musulmans, aujourd'hui hors-la-loi. Le verdict a été annulé par la Cour de cassation mais un tribunal a ordonné voici un mois qu'ils soient rejugés. Peter Greste a été libéré le 1er février et expulsé d'Egypte après avoir passé 400 jours dans une prison cairote. Les autorités égyptiennes accusent Al Djazira, dont le siège est au Qatar, de se faire le porte-voix des Frères musulmans, mouvance que l'armée a chassée du pouvoir en juillet 2013. (Maggie Fick,; Eric Faye et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant