Deux inculpés aux USA dans l'affaire de la "baleine de Londres"

le
1
DEUX INCULPATIONS AUX ÉTATS-UNIS DANS L'AFFAIRE DE LA "BALEINE DE LONDRES"
DEUX INCULPATIONS AUX ÉTATS-UNIS DANS L'AFFAIRE DE LA "BALEINE DE LONDRES"

NEW YORK (Reuters) - La justice américaine a inculpé mercredi de fraude informatique et falsification de comptes deux anciens salariés de JPMorgan Chase & Co, dont l'un est de nationalité française, dans l'affaire de la "baleine de Londres", indiquent mercredi des documents juridiques.

Les deux hommes, Julien Grout et Javier Martin-Artajo, un Espagnol, sont accusés d'avoir camouflé des centaines de millions de dollars de pertes sur des portefeuilles de produits dérivés.

La perte de trading de 6,2 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros) imputée au trader français Bruno Iksil, en poste à Londres et surnommé "la baleine" à cause de l'ampleur de ses positions sur les marchés dérivés, a provoqué un scandale et entaché la réputation de la banque américaine.

Bruno Iksil, lui, est parvenu à échapper aux poursuites judiciaires.

L'enquête se concentre sur Javier Martin-Artajo, qui était le superviseur direct de Bruno Iksil à Londres, ainsi que dans une moindre mesure sur Julien Grout, le "trader junior" d'Iksil. Tous deux ont, comme la "baleine", quitté JPMorgan depuis.

Une conférence de presse devait être organisée par le ministère public dans le courant de la journée de mercredi.

Les avocats des deux hommes ont déjà indiqué que leurs clients niaient avoir commis la moindre malversation. Un porte-parole de JPMorgan s'est refusé à tout commentaire mercredi.

L'enquête pénale ouverte à New York vise à établir si l'un des responsables de JPMorgan à Londres a cherché délibérément à masquer les pertes en gonflant la valeur des positions inscrites dans les livres de comptes de JPMorgan dans les premiers mois de 2012.

Selon une source proche du groupe, Julien Grout était chargé de retranscrire la valeur des positions dans les comptes.

Le trader français réside aujourd'hui dans le hameau de Sarrazac, dans le Lot. Il s'y est installé avec sa femme et ses deux filles, dans la résidence secondaire de ses parents.

Emily Flitter, avec Ingrid Melander à Sarrazac; Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1608998 le mercredi 14 aout 2013 à 17:51

    Dans ce type d'affaires, les anglo-saxons ne sont jamais inquiétés, ce sont toujours les étrangers et comme les français sont sans doute plus débrouillards...On sait donc d'où viennent les pertes... mais, et les bénéfices ?