Deux heures moins le quart avant Sepp Blatter

le
0
Deux heures moins le quart avant Sepp Blatter
Deux heures moins le quart avant Sepp Blatter

Au début de l'été 2014, a eu lieu la mise en ligne en VOD du film sur la FIFA, relu par la FIFA, visionné par la FIFA et co-produit par la FIFA : United Passions. Une histoire de l'instance dirigeante du foot mondial et de trois de ses hommes forts – Rimet, Havelange, Blatter – loin d'être un documentaire d'investigation. Du premier script originel de Luc Besson à la projection cannoise, retour sur une folle aventure de l'Azerbaïdjan au Lac Léman beaucoup plus subversive qu'il n'y paraît

"Réchauffez-vous avec la ba-balle !" C'est par une pirouette dans des mocassins vernis pleins de sable que Gérard Depardieu termine d'introduire, au Cinéma de la plage du Festival de Cannes, l'avant-première mondiale de United Passions, la mise en scène grand public de l'histoire de la FIFA, featuring séquences officielles, images d'archives et scènes intimes inventées improbables. United, pour rappeler que la FIFA est une grande famille unie par la somme de tous ses intérêts individuels, et plus grande que l'ONU ; Passions pour faire la nique au mouvement olympique qui n'a plus le monopole du cœur. "Les Jeux olympiques, c'est politique ; la Coupe du monde, c'est populaire", dixit le fondateur d'Adidas dans le film. Une histoire sur un siècle, donc, et trois présidents : Gérard Depardieu en Jules Rimet, Sam Neill en João Havelange, et Tim Roth en Sepp Blatter.

"Ce sont des anciens joueurs, pas de grands intellectuels, ni de grands penseurs"


À Cannes, devant les huiles de la FIFA et le public dans des transats, Gérard Depardieu invite alors Sepp Blatter, lui aussi déguisé en pingouin, à présenter la genèse de ce film : "Le football, c'est de l'émotion et de la passion, c'est ce que le peuple aime." Rideau. Pré-budgété à 28 millions de dollars avant d'être revu à la baisse, et financé en théorie seulement aux deux-tiers par la FIFA, la dernière communication officielle croisée en date autour du budget du film fait état d'un équilibre étonnant, entre 22 et 25 millions, si bien que la FIFA aura au final financé quasiment tout le film. "Ils ont un couloir prioritaire de recettes, confie la productrice originelle, Louisa Maurin, comme les autres : nous, on voulait qu'ils soient mécènes, mais eux ne voulaient pas, ils sont malins, et bien entourés." United Passions met à jour l'idéologie qui sous-tend l'existence même de la FIFA, et rarement formulée de manière aussi claire à quelques semaines des élections internes pour lesquelles le président est candidat à un cinquième mandat : Sepp Blatter est en mission pour protéger la FIFA, une organisation composée de personnes qu'il a pour la plupart aidées à monter - juristes, commerciaux, présidents de fédérations - mais qui sont avant tout des êtres humains avec leurs faiblesses, lui inclus. Et s'il ne doit en rester qu'un, alors…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant