Deux génocidaires rwandais présumés seront jugés à Paris

le
0
DEUX GÉNOCIDAIRES RWANDAIS PRÉSUMÉS RENVOYÉS AUX ASSISES À PARIS
DEUX GÉNOCIDAIRES RWANDAIS PRÉSUMÉS RENVOYÉS AUX ASSISES À PARIS

PARIS (Reuters) - Deux anciens bourgmestres rwandais ont été renvoyés aux assises par des juges d'instruction parisiens pour leur participation présumée au génocide de 1994, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

Octavien Ngenzi et Tito Barahira, qui contestent les faits, sont accusés d'avoir participé au massacre de centaines de Tutsi réfugiés dans une église de la commune de Kabarondo dans l'est du Rwanda, le 13 avril 1994.

Le premier procès en France sur le génocide rwandais a eu lieu en mars dernier à Paris.

Pascal Simbikangwa, un ancien militaire et agent des renseignements rwandais, a été condamné à 25 ans de prison pour génocide et complicité de crimes contre l'humanité, mais il a fait appel et sera rejugé.

Pendant six semaines d'un procès historique, Pascal Simbikangwa, paraplégique depuis un accident de la route en 1986, a nié les faits qui lui sont reprochés, se disant victime d'une "chasse aux sorcières".

La Cour d'assises de Paris a estimé qu'il avait apporté un "concours actif" au fonctionnement des barrières érigées à Kigali pour filtrer et tuer les Tutsi pendant le génocide.

Mais pour ses avocats, il s'agissait d'une décision "politique", à quelques semaines des commémorations du vingtième anniversaire du génocide au Rwanda, qui a salué la condamnation.

(Gérard Bon, édité par Marine Pennetier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant