Deux gardes à vue après la rixe entre supporteurs de Lyon et Marseille

le
0
Deux gardes à vue après la rixe entre supporteurs de Lyon et Marseille
Deux gardes à vue après la rixe entre supporteurs de Lyon et Marseille

Une violente bagarre a eu lieu samedi, aux alentours de 16 h 30, entre des supporteurs des clubs de football de Lyon et Marseille, faisant 17 blessés, dont 2 «plus sérieusement touchés». La rixe s'est déroulée sur une aire d'autoroute de l'A7, à Bollène (Vaucluse). Les supporteurs de l'OM, qui se rendaient à Saint-Etienne pour assister au match de Ligue 1 de leur équipe face aux Verts, samedi soir, avaient fait une halte à la sortie de Bollène lorsqu'ils ont aperçu un car de supporters de Lyon. Ces derniers revenaient de Nice où le match de championnat avait été reporté en raison des mauvaises conditions météo.

17 blessés et deux hommes en garde à vue

Une bagarre a alors éclaté entre les supporteurs des deux camps. L'épisode a été «violent». Des battes de base-ball ont été utilisées et des jets de pierres ont également eu lieu. Plusieurs ambulances ont été envoyées sur place. «Afin de protéger les secours, une patrouille de la police municipale est intervenue. Les protagonistes, dont certains étaient armés de battes de base-ball, barres de fer et autres pavés, s'en sont alors pris violemment aux policiers bollénois. Ceux-ci ont cependant pu se dégager. Avec l'arrivée des gendarmes, chaque bande a été contrainte de repartir de son côté, non sans laisser plus d'une dizaine de blessés», a précisé la mairie de Bollène.

Deux hommes, dont le chauffeur d'un mini bus transportant des supporteurs marseillais, ont été placés en garde à vue dans la Drôme à la suite des incidents. Ils étaient toujours, ce dimanche, interrogés dans les locaux des gendarmes après que leur minibus a été intercepté à hauteur de Portes-lès-Valence. Neuf supporteurs marseillais ont également été entendus samedi en tant que témoins. Le dernier bilan fait état de 17 blessés, dont deux plus sérieusement touchés, souffrant respectivement d'un traumatisme facial et d'une fracture à la hanche. L'un d'eux a été...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant