Deux fonctionnaires sur trois non remplacés, hors Education

le
17
Deux fonctionnaires sur trois non remplacés, hors Education
Deux fonctionnaires sur trois non remplacés, hors Education

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français envisage de ne pas remplacer deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite de 2013 à 2015, sauf dans les secteurs de l'éducation, de la justice et de la sécurité, afin de tenir ses objectifs de réduction des déficits publics, selon Le Figaro.

Les ministères, à l'exception des trois "prioritaires", verraient leur effectifs diminuer en moyenne de 2,5% par an dans le cadre du budget pluriannuel 2013-2015, précise jeudi le quotidien qui a eu connaissance des objectifs de la direction du Budget.

Le gouvernement entend créer 65.000 postes dans l'Education, la Justice, la police et la gendarmerie. "Pour cela, il est contraint de mettre sous pression les ministères non prioritaires", explique Le Figaro.

Selon Le Monde, François Hollande, interrogé mercredi sur ces informations en marge du sommet de Rio+20 au Brésil, aurait jugé ce scénario "invraisemblable".

"Si c'était le cas, j'en aurais été informé tout de même", a déclaré le président français, selon l'envoyé spécial du Monde.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, n'a pas confirmé jeudi "point par point" les chiffres avancés mais a précisé que ces cadrages traduisaient les principes édictés durant la campagne présidentielle.

BAISSE DES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT

"Il n'y aura pas de diminution globale du nombre de fonctionnaires mais je pourrais le dire autrement : il n'y aura pas d'augmentation du nombre global de fonctionnaires", a-t-il déclaré sur Europe 1.

"Si on augmente quelque part, ça veut dire que dans un autre ministère - nous n'avons pas cessé de le dire pendant toute la campagne électorale - il n'y aura pas d'augmentation de ses effectifs", a-t-il de nouveau expliqué.

"Les chiffres qui sont avancés là ne sont pas forcément justes point par point, c'est au gouvernement et aux ministres concernés de le dire dans les jours et les semaines qui viennent", a ajouté le ministre.

Il a toutefois confirmé un objectif de réduction des dépenses de fonctionnement (achat de fournitures, flottes de voitures, abonnements téléphoniques, etc.). Ce sont des "dépenses sur lesquelles on peut aujourd'hui rogner sans pour autant mettre en cause le service public", a justifié Michel Sapin.

Selon Le Figaro, l'exécutif travaillerait sur une nette réduction des dépenses de fonctionnement (10% en 2013, 3% en 2014, 3% en 2015).

Les dépenses d'intervention de l'Etat baisseraient de 40% au cours des trois prochaines années (hors les trois ministères "prioritaires").

Les budgets des ministères doivent être finalisés fin juillet.

La France s'est fixé pour objectif de réduire son déficit public à 5,2% du PIB fin 2011, 4,5% fin 2012 et 3% fin 2013.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3786731 le jeudi 21 juin 2012 à 12:40

    La gauche dans toute sa splendeur !!! On critique la droite à mort et, dès qu'on est au pouvoir, on applique les mêmes méthodes en les radicalisant encore un peu plus ! Si ce n'est pas de l'hypocrisie démagogique, faudra m'exliquer... Et les syndicats dans tout ça ? Ils en disent quoi ? Ils ne déscendent pas dans la rue pour crier au scandale, à la mort du service public ? Ils doivent être un peu dans l'embarra vu qu'ils ont soutenu ouvertement Hollande !!!...

  • jicem le jeudi 21 juin 2012 à 12:33

    moi, j'aime ces mesures de gauche qui vont droit au coeur du français "de gauche".A quand un non remplacement des députés?

  • GOLFYPOL le jeudi 21 juin 2012 à 12:33

    paroles...paroles...paroles...un vrai charabia à la Coluche...du grand cirque médiatique...on cherche comment diminuer les dépenses ...et on trouve comment augmenter les recettes...à mdr !

  • deforge3 le jeudi 21 juin 2012 à 11:24

    devrait commencer par reduire le nombre de hauts fonctionnaires, le nombre ministres et vice minitres avec personnels des ministeres associes, le nombre de deputés, le nombre de senateurs; avec toute la cohorte de services associés a ces gens il y aurait deja là de belles economies gratuites.

  • papymujo le jeudi 21 juin 2012 à 11:21

    "j'ai hate d'etre à demain pour une nouvelle partie de rigolade.Avec cette bande de gauche au pouvoir, chaque jour sa nouvelle." ===================>Avec Sarkho, au moins on avait une intervention par jour!

  • papymujo le jeudi 21 juin 2012 à 11:19

    A quand la réduction du nombre de députés, sénateurs, conseillers en tous genres!

  • frinie1 le jeudi 21 juin 2012 à 10:58

    Hollande continue de vivre dans sa bulle des années ???Sénario invraisemblable selon Hollande. C'est à mourir de rire!il n'est meme pas au courant du programme de réduction ??? Encore un coup de SARKO ? Il est temps qu'il se réveille, le MOI. PRESIDENT JE

  • bilit13 le jeudi 21 juin 2012 à 10:44

    j'ai hate d'etre à demain pour une nouvelle partie de rigolade.Avec cette bande de gauche au pouvoir, chaque jour sa nouvelle.

  • mjjmimi le jeudi 21 juin 2012 à 10:41

    Avec ce Président moi je..." vous l'avais dit que nous allions rigoler!

  • axfapi le jeudi 21 juin 2012 à 10:29

    combien de journalistes vont ironiser sur ces mesures, qu'ils auraient vertement critiquées, avec l appui des socialos, si elles avaient été prises par le précédent gouvernement. Quelle honte