Deux femmes décapitées par Daech en Syrie

le
0
Deux femmes décapitées par Daech en Syrie
Deux femmes décapitées par Daech en Syrie

Les jihadistes de l'État islamique (EI) ont franchi un nouveau cap dans l'horreur en Syrie. Ils ont décapité, pour la première fois, deux femmes, accusées de sorcellerie. L'organisation intégriste islamiste, qui multiplie les exactions dans les zones sous son contrôle en Irak et en Syrie, a par ailleurs réussi à s'infiltrer dans la ville stratégique de Tall Abyad, à la frontière turque, dont elle avait été récemment chassée par les forces kurdes.

Les exécutions des deux femmes, accusées de «sorcellerie et magie» par l'EI, ont eu lieu dimanche et lundi devant une foule à Mayadine, dans la province de Deir Ezzor (est), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). C'est la «première fois» que l'EI exécute de cette manière deux femmes, d'après cette ONG, qui s'appuie sur un large réseau d'informateurs. L'EI avait déjà décapité deux combattantes kurdes mais après leur mort dans des affrontements.

Selon une vidéo que l'OSDH a pu se procurer, le bourreau masqué prononce une prière avant de décapiter d'un coup d'épée une des femmes et son mari, tous deux agenouillés. La femme porte un hijab lui couvrant le visage. Lors d'une perquisition dans la maison des suppliciées, les jihadistes auraient trouvé des amulettes ce qui est considéré comme de la sorcellerie, punie de mort, selon eux, dans l'islam. L'usage de ces fétiches est courant à la campagne notamment pour résoudre des problèmes de couple ou pour lutter contre le mauvais oeil, a affirmé un militant de Raqa (nord), Abou Ibrahim al-Raqqaoui.

Toujours à Mayadine, l'EI a suspendu cinq personnes, les bras en croix, avec à côté l'inscription «non-respect du jeûne (du ramadan) sans justification religieuse», a indiqué l'OSDH. Déjà le 22 juin, dans la même ville, l'EI avait suspendu à un poteau deux garçons par des cordes pour ne pas avoir observé le ramadan, ajoute cette ONG basée à Londres. Accusé de crimes contre l'Humanité par l'ONU, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant