Deux F-16 turcs visent l'EI mais aussi l'YPG kurde en Syrie-sources

le , mis à jour à 18:54
0
 (Actualisé paragraphes 4 à 6 avec déclarations de l'YPG et 
OSDH) 
    ANKARA, 27 août (Reuters) - Deux avions F-16 turcs ont mené 
des frappes contre six objectifs du groupe Etat islamique mais 
aussi contre une position de la milice kurde syrienne YPG, 
soutenue par les Américains, samedi en Syrie, a-t-on déclaré de 
sources proches des services de sécurité turcs. 
    Un peu plus tôt, samedi, un groupe allié aux Forces 
démocratiques syriennes (FDS, alliance arabo-kurde qui englobe 
la milice YPG), avait fait état du bombardement de certaines de 
ses positions par l'aviation turque près de Djarablous, 
ville-frontière du nord de la Syrie. 
    Les forces turques sont engagées depuis mercredi dans 
l'opération "Bouclier de l'Euphrate", et sont intervenues en 
territoire syrien en soutien à certains rebelles syriens, qui 
ont pu reprendre la ville de Djarablous, jusqu'alors occupée par 
les djihadistes de l'EI. 
    Les Kurdes de l'YPG ont accusé samedi l'armée turque de se 
livrer à une escalade dans le nord de la Syrie, en évoquant la 
présence de véhicules militaires turcs dans le secteur de la 
ville syrienne de Kobani, ce qu'un responsable turc a démenti. 
    Dans un communiqué, l'YPG (Unités de protection du peuple) 
affirme que l'armée turque a procédé à des tirs d'artillerie 
vendredi soir contre une localité des environs de Kobani, et 
qu'elle a fait également usage d'armes lourdes contre des 
positions de l'YPG dans la région d'Afrin, située, elle, dans le 
nord-ouest de la Syrie. 
     
    ACCROCHAGES A AL AMARNA 
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a lui 
aussi rapporté que des véhicules militaires turcs étaient entrés 
en Syrie non loin de Kobani et que des engins de terrassement 
avaient érigé des murs de terre. Mais pour un responsable turc, 
les engins de terrassement, protégés par des véhicules 
militaires, sont entrés en action sur la frontière, non loin de 
Kobani, mais sans entrer en Syrie. 
    Des rebelles syriens appuyés par Ankara ont livré par 
ailleurs des combats à des insurgés opposés à la Turquie, samedi 
dans le nord de la Syrie, a-t-on appris auprès de sources 
proches des deux camps. 
    Ces accrochages ont eu lieu au niveau de la localité d'Al 
Amarna, à 10 km au sud de la ville de Djarablous. 
    Les deux camps ont donné des informations contradictoires 
sur les parties impliquées dans ces affrontements. 
    A en croire l'administration à majorité kurde du nord-est de 
la Syrie, des blindés turcs ont progressé en direction d'Al 
Amarna, où ils se sont heurtés aux combattants du Conseil 
militaire de Djarablous, allié des Forces démocratiques 
syriennes (FDS, qui englobent la milice kurde YPG). 
    Selon l'administration à dominante kurde, certains rebelles 
syriens combattaient aux côtés des blindés turcs, et aucun 
milicien kurde n'a pris part à cet engagement. 
    En revanche, selon le chef d'un groupe rebelle soutenu par 
la Turquie, les insurgés syriens ont affronté les Kurdes de 
l'YPG en lisière d'Al Amarna. Ce chef rebelle, Ahmed Osman, qui 
dirige le groupe Sultan Mourad, a démenti que des chars turcs 
soient engagés dans ce secteur. 
 
 (Ece Toksabay; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant