Deux clans s'opposent sur la recapitalisation de PSA

le
0
TENSION AU SEIN DE PSA AU SUJET DE LA RECAPITALISATION
TENSION AU SEIN DE PSA AU SUJET DE LA RECAPITALISATION

PARIS (Reuters) - Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën se réunira dimanche pour évoquer plusieurs projets de recapitalisation du groupe automobile, rapportent vendredi Le Monde et Businessweek.

Selon Le Monde, la famille Peugeot, actionnaire de référence de l'entreprise avec 38% des droits de vote, est divisée sur la manière de procéder à cette augmentation de capital qui prévoit une possible entrée au tour de table de l'Etat français et du constructeur chinois Dongfeng.

"La tension est à son comble. Thierry Peugeot (président du conseil de surveillance de PSA, NDLR) s'oppose au projet soutenu par son cousin Robert Peugeot, président de FFP, le holding patrimonial de la famille, Philippe Varin, l'actuel président du directoire, l'Etat et le constructeur chinois Dongfeng", écrit le quotidien.

"Le camp le plus large, celui de Robert Peugeot, favorise une augmentation de capital soutenue par l'Etat et le chinois Dongfeng. Mais les termes financiers du montage en discussion n'ont plus rien à voir avec ceux d'il y a trois mois encore. La bonne tenue des marchés actions et la reprise timide de la croissance européenne ont changé la donne", ajoute le journal.

Une source proche du dossier a confirmé la tenue d'une réunion du conseil de surveillance de PSA dimanche en fin de journée, se refusant à tout commentaire sur son ordre du jour.

"Elle s'inscrit dans le cadre des rencontres régulières du conseil de surveillance de PSA", a déclaré cette source.

Selon Le Monde, les banques Rothschild et Morgan Stanley, conseils de PSA, estiment que l'entreprise est capable de placer sur le marché entre 1,5 milliard et deux milliards d'euros de nouvelles actions PSA.

Dans un tel scénario, les parts de l'Etat et de Dongfeng seraient moins élevées qu'initialement prévu et la famille Peugeot pourrait conserver une participation égale à celle de l'Etat et de Dongfeng (12% à 15% du capital chacun) alors qu'un autre projet prévoyait notamment de ramener la participation de la famille Peugeot de 25% à environ 8%.

Thierry Peugeot, poursuit Le Monde, a rejeté cette possibilité et milite pour une augmentation de capital auprès du public pour conserver l'influence de la famille.

Un porte-parole de PSA s'est refusé à tout commentaire sur le fond de l'article du Monde.

"Nous avons confirmé en décembre que nous discutions avec Dongfeng et d'autres partenaires d'un projet industriel et commercial. Ces discussions progressent", a-t-il simplement dit.

Carlos Tavares, ancien numéro deux de Renault récemment appelé à remplacer Philippe Varin, "se garde bien de prendre position", écrit Le Monde qui cite une source proche du dossier.

Matthias Blamont, avec Gilles Guillaume et Dominique Rodriguez, édité par Matthieu Protard

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant