Deux autres journalistes français enlevés en Syrie

le
0
Deux autres journalistes français enlevés en Syrie
Deux autres journalistes français enlevés en Syrie

Didier François et Edouard Elias ne sont pas les seuls journalistes français à avoir été enlevés en Syrie au mois de juin. Deux autres confrères, Nicolas Hénin, reporter de 37 ans, et Pierre Torres, photoreporter de 29 ans, sont également retenus depuis cette période. C'est le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui a révélé leur captivité et leurs noms au cours d'une interview sur Europe 1 ce mercredi... sans le faire exprès.

Il s'agissait en effet d'une bourde. Interrogé sur le sort de M. François et M. Elias, qui travaillent tous deux sur cette radio privée, le chef du gouvernement a déclaré : «Je partage l'inquiétude, l'angoisse des familles (...) (de) ces journalistes que vous connaissez bien, Nicolas Hénin et Pierre Torres.» Le présentateur Thomas Sotto le corrige en glissant «Didier François et Edouard Elias» mais le Premier ministre ne se reprend pas et poursuit : «Nous avons des preuves de vie (...) et nous allons tout faire pour faire en sorte qu'ils soient libérés. (...) Je ne peux pas vous donner plus d'infos pour des raisons de sécurité.»

Quelques heures plus tard, les familles des deux journalistes ont confirmé l'information, de même que le ministère des Affaires étrangères. Le Quai d'Orsay, qui avait tenu cette détention secrète jusqu'ici, a précisé qu'ils ont été enlevés le 22 juin.

VIDEO. Jean-Marc Ayrault révèle les noms des deux journalistes (Europe 1)

Sur Europe 1, la gaffe d'Ayrault sur les otages... par rue89

Pierre Torres porté pour blessé en Syrie en 2012

Pierre Torres, pigiste notamment pour l'AFP, était déjà en Syrie en 2012. Au mois de juillet de cette année-là, il avait été donné pour blessé à Alep (nord du pays), avant d'annnoncer à la presse qu'il était sain et sauf et qui'il n'avait jamais été touché. «Je ne suis pas blessé. Je ne sais pas d'où sort cette histoire», avait-il déclaré.

Nicolas Hénin, ancien élève de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant