Deux ans et demi après l'«affaire», Leonarda est serveuse au Kosovo

le , mis à jour à 13:23
4
Deux ans et demi après l'«affaire», Leonarda est serveuse au Kosovo
Deux ans et demi après l'«affaire», Leonarda est serveuse au Kosovo

Le prénom reste associé à la mobilisation de la jeunesse contre François Hollande. Quatre syllabes synonymes d'une affaire qui a empoisonné le début du quinquennat. Celui de Leonarda, une adolescente interpellée en octobre 2013 lors d'une sortie scolaire pour être expulsée vers le Kosovo, d'où son père, en situation irrégulière, est originaire. A l'époque, le sort de la jeune Rom scandalise une partie de la gauche, indignée que les autorités françaises puissent traiter ainsi une collégienne. La jeunesse s'en émeut aussi. Et se mobilise. Des lycéens manifestent pour réclamer son retour en France. Un rapport administratif est établi pour vérifier la conformité des conditions de son arrestation avec la loi. Le lendemain de la remise de ce document au ministre de l'Intérieur de l'époque, Manuel Valls, le président de la République en personne prend la parole. Pour Hollande, l'administration n'a commis aucune faute en arrêtant l'adolescente. Pour calmer la jeunesse, il propose tout de même un traitement de faveur à la collégienne : « Si elle le demande, un accueil lui sera réservé, et à elle seule. »

Elle n'a pas renoncé à son rêve de vivre en France

Mais Leonarda ne l'entend pas de cette oreille. Non, elle n'a pas l'intention de venir en France sans sa famille. Elle répond vertement au chef de l'Etat, depuis Mitrovica, au Kosovo. « J'ai pas envie de quitter ma famille. Un jour ou l'autre, je rentre en France », tonne-t-elle à la télévision. En délicatesse avec une partie de sa famille politique qui le juge « inhumain », Hollande essuie en outre les foudres de la droite qui s'insurge du manque d'autorité du président dans cette « affaire ».

Leonarda, elle, vit désormais au Kosovo. Mais elle n'a pas renoncé à son souhait de retrouver la France. « Pour le moment, mes parents sont en contact avec des assistantes sociales et l'ambassade pour trouver une solution, écrit-elle sur le réseau social ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan il y a 9 mois

    et ses syndicats g..u,i...g;n.o...l..s de gauche etudiants et lycéens qui la soutenait.une fin de civilisation

  • danielk6 il y a 9 mois

    la France à suffisamment de déchets !

  • j.petitp il y a 9 mois

    Cette famille est très bien au Kossovo. Qu'a t-elle à apporter à la France?. Au contraire, Elle ne pense qu'à obtenir des allocations de toutes natures. Et ce n'est pas l'amour de la France qui la guide.En revanche, des gens capable de créer des richesses sont les bienvenus.

  • ecerutti il y a 9 mois

    Encore elle ????