Deux ans après son achèvement, le nouveau palace de Maputo va enfin ouvrir

le
0
Le Radisson Hotel de Maputo AFP PHOTO / JINTY JACKSON
Le Radisson Hotel de Maputo AFP PHOTO / JINTY JACKSON

(AFP) - Le nouvel hôtel Radisson Blu de Maputo va enfin ouvrir deux ans après son achèvement, mais cet établissement de luxe traîne déjà une sulfureuse réputation, après une double tentative d'assassinat de son propriétaire rappelant les méthodes de la mafia.

Les panneaux "ouverture prochaine" qui rouillaient sur l'avenue Marginal, le front de mer de la capitale mozambicaine, ont enfin pris un sens, maintenant que le groupe saoudien basé en Afrique du Sud Rani Resorts a racheté cette tour de verre et d'acier de 12 étages posée au bord de l'océan Indien.

Les jardiniers arrachent les mauvaises herbes du jardin et des ouvriers nettoient la façade, exposée sans soins aux embruns depuis deux ans.

L'ouverture avait été annoncée pour la fin 2010, mais elle a été sans cesse retardée. La péripétie la plus spectaculaire étant la tentative d'assassinat en décembre 2010 du propriétaire de l'hôtel, l'homme d'affaires d'origine pakistanaise Syed Manzar Abbas.

Abbas, l'un des hommes les plus riches de Maputo, a survécu, mais il est désormais cloué dans un fauteuil roulant.

Il avait déjà échappé à un attentat à la bombe quelques mois plus tôt.

L'affaire n'a jamais été élucidée, mais ressemble à un règlement de comptes de type mafieux.

Des câbles américains publiés par le site Wikileaks ont confirmé cette perception que Maputo est devenue une plaque tournante pour le trafic de stupéfiants et le blanchiment d'argent, centrés autour d'un clan puissant d'hommes d'affaires pakistanais.

S'il reste lié à Radisson Blu, enseigne phare du groupe d'origine scandinave --et basé à Bruxelles-- Rezidor, le nouvel hôtel cinq étoiles a changé de mains. Il a été racheté en juin par Rani Resorts pour 55 millions de dollars.

"Il y a eu une mauvaise réputation que nous allons d'abord devoir surmonter", admet le directeur de l'établissement, Fernando Stern.

Selon lui, Fenix, la compagnie de Syed Abbas Manzar, s'est tout simplement retrouvée à court d'argent après la fusillade, et c'est pourquoi le bâtiment est resté vide si longtemps.

"En fait, nous ignorons ce qui s'est passé", affirme-t-il.

Pour les nouveaux propriétaires --qui gèrent des établissement au Mozambique et aux chutes Victoria (Zimbabwe)--, la sulfureuse réputation du Radisson Blu de Maputo est largement exagérée.

"Il y a eu beaucoup d'histoires, mais nous avons fait faire une enquête et les choses se sont avérées correctes... en grande partie", raconte Rui Monteiro, un représentant de Rani Resorts.

Les rumeurs selon lesquelles l'hôtel aurait été construit avec l'argent de la drogue sont infondées, juge-t-il.

Mais les mystères qui entourent le Radisson Blu pourraient finalement être une bonne chose. "Cela donne une certaine aura à l'hôtel", sourit-il.

Les nouveaux propriétaires veulent maintenant tourner la page, misant sur la situation exceptionnelle de l'établissement situé en bord de mer à l'entrée du centre de conférences internationales, alors que Maputo souffre d'une sous-capacité hôtelière chronique.

Le Radisson Blu devrait notamment attirer les hommes d'affaires étrangers, de plus en plus nombreux, qui affluent au Mozambique, attirés par son charbon et son gaz naturel.

Aucune date précise n'a été annoncée pour l'ouverture. Le système de réservations du site internet de l'hôtel commence au 14 janvier 2013, mais il ne fonctionne pas encore, aucun prix n'étant disponible.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant