Deux anciens cadres khmers rouges inculpés au Cambodge

le
0

PHNOM PENH, 3 mars (Reuters) - Deux anciens cadres du mouvement khmer rouge ont été inculpés mardi au Cambodge de crimes contre l'humanité par le tribunal spécial chargé de juger les exactions du régime ultra-maoïste dans les années 1970. Im Chaem, un moine bouddhiste d'une soixantaine d'années, est soupçonné d'avoir dirigé un camp de travail forcé, et Meas Muth, octogénaire et ancien chef de la marine, d'avoir envoyé des détenus dans un centre de torture où 14.000 personnes au moins ont péri. Aucun des deux n'a encore été arrêté. Lars Olsen, porte-parole du tribunal (CETC, chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens), a dit que le sort des inculpés ne devrait pas être connu avant 2016. Ils pourront bénéficier d'un non-lieu ou être renvoyés en procès. Les CETC, créés il y a dix ans pour traduire devant la justice les principaux responsables de la mort de 1,8 million de Cambodgiens sous le régime khmer rouge (1975-79), ont rendu jusqu'ici trois verdicts de culpabilité pour crimes contre l'humanité à l'encontre de trois prévenus. Le premier procès du tribunal spécial visait le directeur du centre pénitentiaire S21 de Tuol Sleng, à Phnom Penh, Duch, condamné en février 2012 en appel à la prison à perpétuité. Le deuxième a abouti en août dernier à la condamnation à la réclusion à perpétuité de Nuon Chea, ancien numéro 2 du dirigeant des Khmers rouges Pol Pot, et Khieu Samphan, ancien chef de l'Etat. (Prak Chan Thul; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant