Deutsche Qualität... ?

le
0
Deutsche Qualität... ?
Deutsche Qualität... ?

Le football se joue à onze contre onze, et parfois, à la fin, c'est l'Allemagne qui perd. Malgré une domination presque sans partage (surtout en première mi-temps), l'Allemagne n'a jamais semblé en mesure de se relever après le pénalty concédé avant la mi-temps. Et montre, encore une fois, qu'elle n'aime pas quand tout ne se passe pas comme prévu.

Comme à l'accoutumée, les tabloids allemands avaient un peu fanfaronné le matin de la demi-finale. " Pardon Antoine, la porte est fermée ", " Aujourd'hui nous allons faire des trous dans votre fromage " ou encore " La vie en raus (dehors) ", voilà le genre de titres qu'on pouvait lire dans la presse allemande à quelques heures du coup d'envoi du match. Après avoir battu l'Italie pour la première fois dans une grande compétition, l'Allemagne se devait de passer l'obstacle français. Si au début du match tout semble aller pour le mieux, la bande à Joachim Löw dominant largement les débats, le pénalty obtenu par la France à la suite d'une main de Schweinsteiger dans la surface leur fout un énorme coup derrière la tête. "Après le pénalty, nous étions très abattus ", concèdera le sélectionneur allemand après le match. Alors que contre sa bête noire, la Mannschaft avait réussi à tenir le coup après le retour au score des Italiens – déjà sur pénalty –, cette fois-ci personne n'a réussi à trouver de solutions. " Je trouve qu'on a fait notre meilleur match de l'Euro, même si c'est bizarre de dire ça après un 2-0. Je n'ai pas de reproches à faire à l'équipe ", confiera Toni Kroos à la ZDF. Sauf que dominer n'est pas gagner.

La main en trop


Avant le pénalty, la Mannschaft a eu maintes occasions d'ouvrir le score. Sauf que cette rencontre a une fois de plus confirmé ce que tout le monde savait : les Allemands sont effectifs dans beaucoup de domaines, mais pour ce qui est de convertir des occasions en but, faut repasser. Sans véritable 9 en l'absence de Mario Gomez, l'Allemagne a galéré. Si d'ordinaire Thomas Müller est capable de dépanner au poste d'attaquant de pointe, sa méforme évidente lors de cet Euro a clairement pénalisé les Allemands. Alors certes, le match aurait pu prendre une tournure différente si l'arbitre (italien) avait sifflé faute de Pogba sur Kroos. Mais les Allemands ont semblé par la suite passer plus de temps à regretter de ne pas avoir obtenu le pénalty plutôt que de concrétiser leurs occasions. Quelque part, la main de Jerome Boateng contre l'Italie était prémonitoire (et sans gravité dans l'absolu). Celle de Schweini, elle, est, s'inscrit dans la réalité. Et a fait sombrer l'Allemagne dans les ténèbres. Contre l'Italie, la Mannschaft avait…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant