Deutsche Bank poursuit son plongeon en Bourse à l'approche des stress tests

le
2

Deutsche Bank a de nouveau terminé en baisse de 4,30% jeudi. En trois séances, l'action a perdu plus de 9%.
Deutsche Bank a de nouveau terminé en baisse de 4,30% jeudi. En trois séances, l'action a perdu plus de 9%.

L’ex-fleuron bancaire Deutsche Bank poursuit son parcours noir en Bourse, les investisseurs ne digérant toujours pas les mauvais résultats trimestriels du n°1 bancaire allemand, à l’approche de la publication des stress tests des banques européennes vendredi soir après-clôture.

En devenant directeur général de Deutsche Bank en juillet 2015, en pleine crise grecque et en plein krach boursier chinois, John Cryan avait suscité l’espoir d’un renouveau bienvenu à la tête de la première banque allemande, mais la révolution tant attendue peine encore à se concrétiser.

C’est sans langue de bois que John Cryan avait reconnu les fragilités de son établissement dès sa prise de fonction, pointant notamment du doigt les systèmes informatiques vieillissants et non unifiés des différentes filières de la banque, tout en évoquant des redondances de postes diminuant l’efficacité et la rentabilité de son établissement. Le mot d’ordre avait été lancé : « restructuration », cette expression recouvrant un important plan de suppression de postes ainsi que la mise à niveau des outils internes.

La « Deutsche » ne sort pas de ses difficultés

Les actionnaires n’ont pas perdu tout espoir d’un futur retour en grâce de l’ex-fleuron bancaire allemand, mais force est de reconnaître que le dynamisme de John Cryan n’a pas encore véritablement porté ses fruits. L’arrivée du nouveau patron n’a pas empêché Deutsche Bank de perdre 60% de sa valeur en Bourse au cours des 12 derniers mois.

Au deuxième trimestre 2016, Deutsche Bank a vu le chiffre d’affaires de chacune de ses activités se dégrader, y compris dans son importante branche de banque d’investissement. Avec seulement 18 millions d’euros de bénéfice net au deuxième trimestre, la banque allemande a frôlé une situation de pertes trimestrielle tout à fait inattendues. Lors du précédent trimestre, Deutsche Bank avait dégagé un bénéfice net de 818 millions d’euros, malgré un contexte particulièrement difficile dû au stress des marchés financiers observé en janvier-février.

La sanction boursière ne s’est pas fait attendre et n’est toujours pas terminée. Après avoir perdu 3,15% mercredi suite à l’annonce de ses résultats trimestriels, Deutsche Bank a encore perdu 4,30% jeudi 28 juillet. Depuis son sommet à 117 euros en 2007, l’action Deutsche Bank a perdu environ 90% de sa valeur.

Evolution du cours de Bourse de Deutsche Bank sur 10 ans. Source : Boursorama.
Evolution du cours de Bourse de Deutsche Bank sur 10 ans. Source : Boursorama.

Les perspectives de Deutsche Bank restent obscurcies à moyen-long terme par les nombreux litiges juridiques dans lesquels l’établissement est impliqué, et qui pourraient se traduire à l’avenir par des sanctions aux montants difficiles à anticiper. Le nom de Deutsche Bank serait présent dans plusieurs milliers d’affaires en cours dans le monde entier.

Pour rassurer les investisseurs, la direction de la « Deutsche » a annoncé qu’elle allait envisager une accélération de sa restructuration, ainsi que de nouvelles coupes dans ses effectifs. La banque prévoit de supprimer 9.000 postes à l’échelle mondiale d’ici 2020, soit près de 10% de ses effectifs.

À court terme, la préoccupation des investisseurs se concentre également sur les résultats de la banque allemande vis-à-vis des prochains résultats des « stress tests ».

Les « stress tests » risquent de faire remonter certaines faiblesses

L’Autorité bancaire européenne (EBA) publiera en effet vendredi à 22h les résultats des derniers stress tests européens, après la clôture des marchés européens et de Wall Street. Les éventuels effets de cette publication s’observeront donc en Bourse lundi matin.

Sans surprise, la plupart des établissements de la zone euro devraient parvenir à « passer » ces tests sans encombre, grâce à un ratio de fonds propres suffisamment élevé pour faire face à toute hypothétique dégradation de la conjoncture économique.

Néanmoins, dans le contexte actuel, et suite au discours très prudent de John Cryan à ce sujet mercredi, les investisseurs commencent à craindre sérieusement que la première banque allemande soit « recalée » aux tests. Un rappel à l’ordre envoyé par l’EBA à la Deutsche Bank ferait mauvais effet. L’établissement avait déjà été pointé du doigt fin juin par le FMI, qui avait souligné que d’éventuelles difficultés financières au sein de l’établissement pourraient faire peser sur le secteur bancaire un « risque systémique », rappelant de très mauvais souvenirs aux investisseurs.

C’est néanmoins surtout vers les résultats des banques italiennes que les regards des investisseurs seront tournés vendredi soir. Aucun doute que les plus faibles banques italiennes, et notamment Banca MPS, se verront adresser un avertissement de l’EBA pour cause de fonds propres insuffisants. La question est plutôt de savoir quelle proportion des établissements italiens sera pointée du doigt sur la question de leurs fonds propres, alors que le gouvernement italien de Matteo Renzi tente de trouver des solutions rapides pour recapitaliser les établissements bancaires italiens en difficultés.

Reste à savoir si l’EBA osera véritablement mettre de l’huile sur le feu en mettant en exergue certains risques liés au secteur financier européen dans le contexte actuel. Les résultats des précédents « stress tests » avaient été moqués à plusieurs reprises par le passé, de nombreux commentateurs considérant que ceux-ci avaient volontairement été « rassurants » pour éviter de mettre certains établissements bancaires fragiles sous pression. Bis repetita ?

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 il y a 11 mois

    Alors Merkel. .un problème. .?

  • M4358281 il y a 11 mois

    Les crédits pour les migrants vont être rabotés