Deutsche Bank craint l'impact des amendes sur ses ratios

le
1
DEUTSCHE BANK REDOUTE DE DEVOIR RÉGLER DE GROSSES AMENDES
DEUTSCHE BANK REDOUTE DE DEVOIR RÉGLER DE GROSSES AMENDES

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank a prévenu jeudi qu'elle risquait de devoir régler des amendes d'un montant considérable et que cela pourrait compliquer sa tâche de se conformer aux exigences prudentielles, jetant une ombre sur une augmentation de capital totalisant 8,5 milliards d'euros.

Dans un document de 500 pages, publié jeudi dans le cadre de son augmentation de capital, Deutsche Bank a également prévenu que ses recettes avaient chuté dans son segment de banque d'investissement.

La première banque allemande a fixé ce même jeudi le prix de son augmentation de capital à 22,50 euros par action, un niveau supérieur aux attentes qui doit en principe lui permettra de lever davantage de capitaux que prévu pour renforcer ses fonds propres et financer sa réorganisation.

Les analystes s'attendaient à un prix situé entre 21 et 21,50 euros. Le prix d'émission de 22,50 euros représente une décote d'environ 21% par rapport au prix théorique intégrant la dilution qu'entraîne la création des nouveaux titres, selon les calculs de Reuters.

Cette décote est inférieure à celles de 33% à 38% des augmentations de capital réalisées récemment par Commerzbank, Sabadell et Barclays.

Le produit net de l'opération atteindra 6,75 milliards d'euros, a-t-elle précisé dans un communiqué, ce qui portera à 8,5 milliards d'euros le montant total des capitaux levés par le groupe depuis la mi-mai.

Dans le document de l'augmentation de capital, la banque énumère une série de menaces potentielles, dont une enquête internationale en cours sur une manipulation des changes présumée et une enquête des Etats-Unis sur des transactions financières avec l'Iran.

"L'accroissement des exigences prudentielles auxquelles Deutsche Bank est soumise, associé à des sorties de capitaux significatives en lien avec des dossiers judiciaires, pourrait compliquer la tâche (de Deutsche Bank) de maintenir ses ratios de capital à des niveaux supérieurs à ceux requis par les régulateurs ou attendus par les marchés", dit la banque.

"UNE BONNE CHOSE"

La banque a payé plus de cinq milliards d'euros d'amendes et de frais juridiques divers ces deux dernières années, dans le prolongement de la crise financière. Des analystes de Crédit suisse estimaient récemment qu'elle risquait encore de régler 3,9 milliards d'euros pour solder des contentieux.

Deutsche Bank a mis en réserve deux milliards d'euros pour ce type de dépenses.

Les investisseurs ont accueilli avec une satisfaction prudente les modalités de l'augmentation de capital mais ils ont poussé l'action à la baisse après que la banque a émis son avertissement.

L'action a fini en baisse de 3,84%, plus forte perte de l'indice EuroStoxx 50, tandis que l'indice des bancaires européennes a gagné 0,6%. L'action a perdu 16% environ depuis le début de l'année, alors que l'indice a gagné 5% en moyenne, recul qui s'explique en partie par les anticipations d'une augmentation de capital dilutive.

"Le fait que DB commence à revenir à la réalité en prenant acte du manque de fonds propres dont elle souffre depuis la crise financière est une bonne chose", a commenté un gérant de fonds européen à propos de l'augmentation de capital.

"Le problème de fonds propres était une nécessité et il est bon de constater que la direction s'y est attaquée en dépit du montant élevé de l'opération."

Les deux coprésidents du directoire, Anshu Jain et Jürgen Fitschen, sont en train d'achever la réorganisation des activités, qui vise principalement à renforcer le groupe en Amérique du Nord et en Asie dans la gestion de fortune et la banque d'investissement tout en modernisant les activités de banque de détail en Allemagne.

(Thomas Atkins, Arno Schuetze, Kathrin Jones et Jonathan Gould, Nicolas Delame et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le jeudi 5 juin 2014 à 17:57

    la faillite !!!!!!