Deutsche Bank augmente les salaires après la baisse des primes

le
0
DEUTSCHE BANK AUGMENTE LES SALAIRES
DEUTSCHE BANK AUGMENTE LES SALAIRES

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank a augmenté les salaires de ses employés afin de compenser partiellement la baisse des primes, déclare le président du directoire de la banque allemande, John Cryan, dans une interview publiée lundi par le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung.

La première banque d'Allemagne entend ainsi récompenser ses employés pour leur contribution à son résultat d'exploitation solide, précise John Cryan.

"Nous ne pouvons pas tenir l'ensemble de nos collaborateurs collectivement responsables des erreurs du passé", dit-il.

La part fixe des rémunérations a ainsi été augmentée pour compenser la réduction de l'enveloppe consacrée aux primes, passée de 2,7 à 2,4 milliards d'euros, ajoute-t-il.

Deutsche Bank a affiché en 2015 une perte nette de 6,8 milliards d'euros, dont 2,1 milliards d'euros sur le seul quatrième trimestre. Ce résultat est notamment le fruit de la vaste restructuration lancée par John Cryan après son arrivée à la tête de l'établissement le 1er juillet dernier, le nouveau patron de Deutsche Bank ayant demandé aux actionnaires de faire preuve de patience.

Dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, il juge que le changement de législation intervenu en janvier en Allemagne sur les règles d'insolvabilité a ébranlé la confiance des investisseurs dans Deutsche Bank.

"De nombreux investisseurs ont eu le sentiment de se retrouver dans une position périlleuse et nous n'avons pas réussi à communiquer de manière claire sur ces aspects très techniques", dit John Cryan.

Le changement législatif intervenu en janvier en Allemagne peut entraîner des pertes accrues pour les détenteurs de dette senior non garantie. L'agence de notation Moody's a par la suite dégradé la note de crédit de Deutsche Bank.

Cette dernière a réagi en février en rachetant plus de cinq milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) de dette senior.

John Cryan répète lundi que son établissement n'exclut pas d'étudier l'hypothèse d'une augmentation de capital, même s'il est actuellement en mesure de respecter par d'autres moyens les normes en matière de ratios de fonds propres.

(Edward Taylor; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant