Deuil national vendredi en Belgique après l'accident de car

le
0
DEUIL NATIONAL VENDREDI EN BELGIQUE APRÈS L'ACCIDENT DE CAR
DEUIL NATIONAL VENDREDI EN BELGIQUE APRÈS L'ACCIDENT DE CAR

BRUXELLES (Reuters) - Vendredi sera une journée de deuil national en Belgique à la mémoire des 28 personnes - 22 écoliers et six adultes - qui ont trouvé la mort dans un accident d'autocar en Suisse.

Une minute de silence sera observée à travers le pays à 11h00 locales. Les drapeaux seront en berne jusqu'à samedi.

Sur les 52 occupants du car, qui transportait en majorité des élèves venant des villes flamandes de Heverlee et Lommel de retour d'une classe de neige, seuls 24 ont survécu. Jeudi, quatre étaient encore jugés gravement blessés et trois se trouvaient dans un état critique.

Les dépouilles des victimes - pour la plupart des enfants âgés d'une douzaine d'années - ont été acheminées à Sion, dans le canton du Valais, non loin du lieu de l'accident, afin d'être identifiées. En fin journée, 19 avaient pu l'être, mais certains cas demande des analyses ADN.

L'accident s'est produit mardi à 21h15 dans un tunnel, non loin de Sierre, sur l'autoroute en direction de Sion.

Le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, a déclaré lors d'une conférence de presse que le processus d'identification se déroulait famille par famille et a parlé de moments d'intense douleur qui peuvent prendre très longtemps.

Le chef du gouvernement et plusieurs de ses ministres, ainsi que des députés et des écoliers, ont signé jeudi un registre de condoléances au parlement fédéral belge, à Bruxelles.

Six enfants qui s'en sont sortis avec des blessures légères ont pris le chemin du retour jeudi, selon les autorités.

Trois Hercules C-130 de l'armée belge sont arrivés à Sion en prévision du rapatriement des corps identifiés.

L'autopsie des deux chauffeurs se poursuit. Yves Mannaerts, directeur de la Fédération belge des exploitants d'autocars et des organisateurs de voyages, a assuré qu'ils étaient suffisamment reposés et qu'aucun n'avait bu. Il a en outre démenti la rumeur selon laquelle il s'agissait de chauffeurs routiers à la retraite. Ils sont nés en 1960 et en 1977, a-t-il précisé.

Robert-Jan Bartunek, Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant