Dette publique : la France parmi les mauvais élèves de l'Europe

le
0
Dette publique : la France parmi les mauvais élèves de l'Europe
Dette publique : la France parmi les mauvais élèves de l'Europe

La France vient d'entrer dans le club fermé, mais peu envié, des pays européens croulant sous une dette de plus de 2000 milliards d'euros. Avec une ardoise de 2023,7 milliards d'euros au second trimestre 2014, le pays rejoint l'Allemagne et l'Italie, les deux autres Etats à avoir déjà franchi cette barre symbolique. Nos voisins d'outre-Rhin l'ont dépassée il y a quatre ans, les Italiens en 2013.

En additionnant leurs dettes, les trois mauvais élèves sont responsables de 54% des créances de l'Union européenne (28 pays), 68% de la zone euro (18 pays).  

Sauf qu'ils ne sont pas sur la même tendance. L'Allemagne a certes le montant le plus important à rembourser (2139 milliards au premier trimestre 2014). Mais c'est le seul à être parvenu à stabiliser sa dette depuis deux ans. Le pic a été atteint au second trimestre 2012 (2164 milliards d'euros). 

Celle de la France, au contraire a grimpé de 15% en trois ans, selon les données publiées par Eurostat. L'Italie a vu la sienne progresser de 11%.

Quand on rapporte la dette au PIB de chacun, la donne est bien différente. A ce jeu là, l'Allemagne, première puissance économique européenne, est dans la moyenne (77,3%) des 28. Mieux : son ratio s'améliore de trimestre en trimestre, signe que le pays se redresse. Au contraire de l'Italie qui a un très mauvais rapport, à 135,5% du PIB. Autrement dit, le montant de ses créances est largement supérieur aux richesses produites chaque année par son économie. Un seul pays fait pire : la Grèce. Sa dette est équivalente à 174,1% de son PIB. 

Et la France? Elle n'a pas encore franchi cette autre barre symbolique des 100% du PIB, mais elle s'en rapproche dangereusement. La courbe ne cesse de grimper, passant de 87,1% début 2011 à 95,1% au second trimestre de cette année. Dans ses dernières prévisions, le gouvernement tablait sur une décrue à partir de 2016. Mais ces prévisions n'ont pas été mises à jour après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant