Dette : «On ne peut pas continuer à pressurer» la Grèce, affirme Obama

le
3
Dette : «On ne peut pas continuer à pressurer» la Grèce, affirme Obama
Dette : «On ne peut pas continuer à pressurer» la Grèce, affirme Obama

Alexis Tsipras, le nouveau Premier ministre grec et qui veut renégocier la dette de son pays, semble avoir un soutien de poids. Le président américain Barack Obama a en effet déclaré qu'on «ne peut pas continuer à pressurer des pays qui sont en pleine dépression», lors d'une interview diffusée dimanche sur CNN, à propos de la crise en Grèce.

«A un moment donné, il faut une stratégie de croissance pour pouvoir rembourser ses dettes», a déclaré le président Obama alors que le nouveau gouvernement grec inquiète ses créancier en affirmant vouloir renégocier sa dette. Le président américain a reconnu que la Grèce avait «un terrible besoin» de réformes mais qu'«il est très difficile d'initier ces changements si le niveau de vie des gens a chuté de 25%. A la longue, le système politique, la société ne peut pas le supporter».

Le PIB en Grèce a reculé d'environ 25% entre 2009 et début 2014, avant de renouer avec la croissance au deuxième et troisième trimestre 2014 après des années de récession. La formation de gauche radicale Syriza, vainqueur des élections dimanche dernier, veut renégocier la dette de 300 milliards d'euros (près de 175% du PIB). Samedi, la chancelière allemande Angela Merkel a écarté toute idée d'effacement pur et simple de la dette, largement détenue par les Etats européens, à commencer par l'Allemagne (40 milliards d'euros) et la France (31 milliards). Du côté de l'Hexagone, Michel Sapin, le ministre Finances a exclu dimanche toute idée d'annulation de la dette grecque.

Obama inquiet de la faible croissance européenne

Le président américain a ajouté qu'il espérait que la Grèce resterait dans la zone euro, mais que cela demanderait «des compromis de tous les côtés». M. Obama s'est de manière générale montré inquiet du faible taux de croissance en Europe. «La prudence fiscale est nécessaire, les réformes structurelles sont nécessaires dans beaucoup de ces pays, mais ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 2 fév 2015 à 12:18

    Obama de quoi je me mêle ? La Grèce a triché grâce à Goldman et a vécu largement au-dessus de ses moyens, maintenant elle doit rempbourser

  • charleco le lundi 2 fév 2015 à 09:32

    De quoi se mêle-t-il? Quand on voit leur pression sur Cuba et aujourd'hui sur la Russie : "faites ce que je dis, pas ce que je fais".

  • cavalair le lundi 2 fév 2015 à 05:07

    Tout ce qui peut affaiblir l'euro est bon pour les USA, voila pourquoi Obama dit ces k..onn..erires