Dette: les taux d'emprunt poursuivent leur ascension dans le sillage de l'élection américaine

le
0

Les taux d'emprunt sur le marché de la dette en zone euro poursuivaient vendredi matin l'ascension entamée peu de temps après l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, synonyme pour les investisseurs d'une potentielle remontée de l'inflation.

Les marchés anticipent "la possibilité d'une politique budgétaire très expansionniste aux Etats-Unis, qui pourrait nourrir la croissance et entraîner une hausse de l'inflation", ce qui se traduit par une remontée des taux, décryptent dans une note les stratégistes obligataires de BNP Paribas.

Ainsi, peu de temps après l'ouverture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise, à 07H00 GMT, le taux à 10 ans de la dette allemande s'élevait à 0,313% après avoir touché un point haut à 0,345%, renouant avec ses niveaux de début février, contre 0,274% jeudi à la clôture.

Le taux du fameux "Bund" allemand, valeur refuge par excellence, s'éloignait ainsi nettement du territoire négatif dans lequel il avait plongé en juin.

Cette remontée des taux en Europe suit la route tracée par le marché de la dette américaine dans la foulée du scrutin présidentiel, après un mouvement initial de baisse.

"Dans un tel environnement, la Réserve fédérale américaine pourrait remonter ses taux plus nettement que ce qui est actuellement anticipé", poursuit par ailleurs BNP Paribas.

La Fed était restée muette sur les taux lors de sa réunion du mois de novembre, précédant de quelques jours la présidentielle américaine.

"La probabilité d'une hausse des taux en décembre, comme attendu par le marché, ne s'est pas effondrée après l'élection américaine mais s'est au contraire légèrement accrue, à partir de niveaux déjà très élevés", ajoute BNP Paribas.

Si les titres de dettes en zone euro bénéficient encore du programme de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE), comme le relève BNP Paribas, "la faiblesse de l'euro/dollar pourrait, si elle est accompagnée par un léger rebond de l'inflation, alléger la pression sur la BCE, qui n'aurait pas besoin d'être plus accommodante".

En conséquence, les taux d'emprunt des pays du sud de l'Europe, jugés plus risqués, pourraient être soumis à une "légère pression".

Dans ce contexte, l'ensemble des principales dettes de la zone euro étaient entraînées dans ce mouvement de tension.

Le taux d'emprunt à 10 ans de la France progressait à 0,750%, contre 0,678% la veille, celui de l'Italie s'inscrivant à 1,979%, contre 1,897% et celui de l'Espagne à 1,450%, contre 1,390%.

Enfin, en dehors de la zone euro, le taux d'emprunt à 10 ans du Royaume-Uni remontait à 1,365%, contre 1,342% la veille.

cc/arz/cj


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux