Dette: le marché toujours sous tension mais la pression diminue

le
0

Le marché de la dette souveraine en zone euro a évolué en ordre dispersé jeudi, au terme d'une séance placée sous le signe de prises de position des banques centrales.

"Le gros sujet du jour était la confirmation par la Réserve fédérale américaine qu'elle va sans doute augmenter les taux en décembre", relève auprès de l'AFP Jean-François Robin, stratégiste obligataire pour Natixis.

Janet Yellen, la présidente de la Fed, a affirmé devant le Congrès qu'une hausse des taux d'intérêt pourrait intervenir "relativement rapidement", à l'occasion de sa première prise de parole depuis l'élection de Donald Trump.

La Fed tiendra sa prochaine réunion monétaire les 13 et 14 décembre. Yellen a cependant estimé que l'économie américaine et le marché du Travail avaient encore "une marge d'amélioration".

"C'était déjà assez bien anticipé par le marché, donc cela n'a pas beaucoup joué sur la courbe des taux", réagit M. Robin. "La hausse des taux des derniers jours a l'air de se stabiliser un petit peu", souligne-t-il également.

"Beaucoup pensent que les rendements ont augmenté trop et trop vite, et que nous pouvons nous attendre à une consolidation maintenant", notent quant à eux les stratégistes de Société Générale-CIB.

Le contexte restait néanmoins tendu alors que le marché s'interroge sur les modalités de mise en place du programme de relance économique de Donald Trump, porteur potentiellement d'une hausse de l'inflation.

"Le marché veut en savoir plus sur la politique de Donald Trump, pour savoir s'il faut intégrer ou pas plus de prime de risque sur les taux. Le marché obligataire se méfie de la politique budgétaire de Donald Trump", commente M. Robin.

Par ailleurs, en zone euro, la Banque centrale européenne a, elle, publié le compte-rendu de son dernière réunion de politique monétaire.

La séance a en outre été riche en statistiques, avec en particulier l'inflation mensuelle aux Etats-Unis qui a continué d'accélérer en octobre pour le troisième mois consécutif.

En zone euro, elle a légèrement accéléré en octobre, les prix ayant progressé de 0,5% sur un an, son taux le plus élevé depuis 27 mois.

Néanmoins, "ces chiffres sont conformes à ce qui était attendu, et cela n'a pas beaucoup pesé", commente M. Robin.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux à 10 ans de la dette allemande a terminé en très léger repli à 0,279% contre 0,297% mercredi sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

De son côté, le taux d'emprunt de même échéance de la France a fini sur une note stable à 0,745% contre 0,741%. La dette française "sous-performe en raison du risque politique des extrêmes aux élections présidentielles" de mai, estime M. Robin.

Les pays du sud de l'Europe, jugés plus risqués, ont cependant continué de souffrir un peu. Le taux de l'Italie s'est inscrit en hausse à 2,094% contre 2,033%, le taux à 10 ans de l'Espagne progressant lui aussi à 1,593% contre 1,544%.

En dehors de la zone euro, le taux d'emprunt à 10 ans du Royaume-Uni a fini à 1,410% contre 1,383% mercredi.

Aux Etats-Unis, le taux à 10 ans s'inscrivait à 2,253% contre 2,222% et celui à 30 ans à 2,964% contre 2,922%. Pour sa part, le taux à 2 ans s'établissait à 1,026% contre 1,005%.

lem/cc/ef/nth


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux