Dette : le FMI s'impatiente, Merkel pose ses conditions

le
0
L'Allemagne a douché les espoirs d'une grande réforme de la zone euro lors du sommet de jeudi. De son côté, le FMI tire la sonnette d'alarme face aux tergiversations de l'Europe.

Habituée à souffler le chaud et le froid, la chancelière Angela Merkel a prévenu mardi qu'il n'y aurait «pas de grande avancée spectaculaire d'un coup» au sommet des dirigeants des pays de l'Union monétaire à Bruxelles prévu jeudi. Si la finalisation d'un nouveau plan d'aide grec semble bien sur les rails, la réunion de jeudi ne devrait donc pas être l'occasion d'un «grand soir» vers plus de fédéralisme dans la zone euro, comme le souhaitent certains pays, tels la Belgique.

Faisant preuve de la même prudence, le ministre français des Affaires européennes Jean Léonetti a prévenu lundi soir que le sommet ne déboucherait peut-être pas sur une solution «totalement définitive qui règle définitivement les problèmes des dettes souveraines des pays de l'euro».

Face à cette approche au compte-gouttes, le Fonds monétaire international (FMI) a donné de la voix mardi. Il a ouvertement reproché à la zone euro de ne pas avoir de «plan d'action cohérent» face à l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant