Dette : la note de l'Italie dans le collimateur des agences

le
0
Après l'alerte de Moody's vendredi, Standard & Poor's a abaissé d'un cran les notes de crédit attribuées à la troisième économie européenne. L'agence explique sa décision par une faible croissance et des fragilités politiques avec les scandales de Silvio Berlusconi.

Les risques de contagion d'une crise de la dette grandissent encore un peu plus. Après la Grèce, l'Irlande, le Portugal et plus récemment les Etats-Unis, c'est désormais au tour de l'Italie de voir ses notes de crédit dégradées par Standard & Poor's. L'agence de notation a abaissé d'un cran les notes de crédit long et court terme attribuées à la troisième économie européenne à A/A-1 contre A+/A-1+ auparavant. S&P maintient en outre une perspective négative sur l'évolution de l'activité économique italienne. Autrement dit, elle n'exclut pas de dégrader à nouveau la note de la dette du pays.

La dégradation de S&P est d'autant plus inattendue qu'elle n'avait fait l'objet d'aucune mise en garde de la part de l'agence, à l'inverse de Moody's. Cette dernière avait en effet annoncé vendredi qu'elle achèverait en octobre, soit avec un mois de décalage, l'examen de la note de crédit italienne en vue d'un possible abaissement, évoquant un contexte économi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant