Dette grecque : Tsipras rencontre Juncker pour trouver un accord

le , mis à jour à 14:37
5
Dette grecque : Tsipras rencontre Juncker pour trouver un accord
Dette grecque : Tsipras rencontre Juncker pour trouver un accord

C'est reparti pour un tour. Depuis son élection en janvier, le Premier ministre grec Alexis Tsipras enchaîne des négociations en série avec ses créanciers pour épancher la dette faramineuse de son pays avec le moins de casse possible. Ce mercredi encore, quelques jours de pourparlers débutent à Bruxelles pour tenter de débloquer la situation et établir un échéancier plus souple. Chaque partie arrive avec ses propositions alors qu'Athènes entretient le suspense depuis deux semaines sur sa capacité réelle à rembourser.

Alexis Tsipras, porté en Grèce par la contestation de l'austérité, s'est fait élire sur la promesse de s'affranchir de la dette auprès de l'Europe. Une fois arrivé au pouvoir, le leader du mouvement d'extrême gauche Syriza a dû adoucir son discours devant les dirigeants européens mais continue de tout faire pour ne pas décevoir son peuple. Les relations avec l'Union et la dite «troïka» - les créanciers de la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI) - varient selon les dispositions affichées du Premier ministre grec à honorer ses dettes.

Une offre «réaliste»

«Il faut que nous évitions la division, je suis sûr que les dirigeants européens vont faire ce qu'il faut», a-t-il lancé ce mardi, avant de prendre son avion pour la Belgique. Une première confrontation entre les propositions des uns et des autres devrait intervenir ce mercredi soir, lors d'une rencontre avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Les protagonistes auront alors quelques jours pour concilier leurs deux programmes de réformes.

VIDEO. Grèce : Tsipras rencontre Juncker à Bruxelles ce mercredi

Côté grec, une proposition d'accord a été envoyée lundi soir à l'UE, la BCE et au FMI, en charge de l'assistance financière apportée au pays depuis 2010. Selon Alexis Tsipras, il s'agit d'une offre «complète» et «réaliste». Elle comprend 46 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le mercredi 3 juin 2015 à 15:00

    Attention à la cravate ! cher ami surtout ne te retournes pas !

  • M7361806 le mercredi 3 juin 2015 à 14:58

    Continuez à nous rouler dans la farine !

  • V.BENACE le mercredi 3 juin 2015 à 11:02

    Le résultat d'un éventuel accord: une nouvelle augmentation de la dette grecque..... C'est absolument évident. Cela permettra-t-il un retour à l'équilibre des comptes de ce pays et une réduction ultérieure de la dette? Je ne le crois pas. Mais c'est pourtant le pari que s'apprêtent à faire les gouvernants européens. Pour moi, c'est reculer pour mieux "faire" sauter la Grèce hors de l'euro.

  • inextens le mercredi 3 juin 2015 à 09:53

    d.e.s.t. je n'ai pas confiance aux grecs mais ce cas démontre la fragilité du systéme Eurpe! plus de chômage moins de gens heureux montée des extrémes droite etc etc

  • inextens le mercredi 3 juin 2015 à 09:43

    tenez le coup amis grecs! la solution de l'Europe pour les peuples dépend de vous