Dette grecque : Tsipras dit non au projet «absurde» de ses créanciers

le , mis à jour le
65
Dette grecque : Tsipras dit non au projet «absurde» de ses créanciers
Dette grecque : Tsipras dit non au projet «absurde» de ses créanciers

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui a estimé vendredi qu'Athènes était «plus proche que jamais» d'un accord avec ses créanciers, a dans le même temps réclamé «le retrait» de leur projet «absurde» de réformes sur l'avenir financier du pays. Cette déclaration, qui peut sembler paradoxale, a été tenue lors d'une session extraordinaire devant le Parlement pour informer les parlementaires sur le cours des négociations.

Le chef du gouvernement, issu du parti de gauche radicale Syriza, a la difficile tâche de devoir concilier la ligne politique des  siens qui l'ont élu et les demandes des créanciers. Le Parlement grec devra d'ailleurs donner son aval si un accord est trouvé entre la délégation menée par Alexis Tsipras et l'UE.

VIDEO. Dette grecque : Athènes «proche d'un accord» selon Tsipras

Tsipras : «Une surprise désagréable» à Bruxelles

La proposition des créanciers soumise mercredi aux dirigeants grecs par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors d'une réunion à Bruxelles «était une surprise désagréable», a souligné le Premier ministre. Cette proposition suggère au pays, après cinq ans d'austérité, des économies supplémentaires de 3 milliards d'euros et des excédents primaires budgétaires (hors service de la dette) plus élevés que ceux proposés par Athènes. De nombreux ministres et membres du Syriza ont critiqué «les concessions» du gouvernement au cours des négociations avec les créanciers.

«Nous n'avons pas besoin seulement d'un accord avec les créanciers mais d'une solution définitive pour la Grèce et l'Europe», «une solution sur la viabilité de la dette» publique grecque, qui mettra fin aux spéculations sur la sortie de la Grèce de l'euro, estime le Premier ministre.

VIDEO. Juncker et Tsipras réunis mercredi à Bruxelles

Divergences sur les retraites

Les discussions avec Bruxelles achoppent notamment sur les retraites. Pour les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M467862 le dimanche 7 juin 2015 à 13:29

    Ils vont pas payer, puis ils vont payer un petit peu, puis ils vont pas payer, dans 4 ans, ils vont décider de ne pas décider.

  • b.renie le dimanche 7 juin 2015 à 06:27

    Des mots des attitudes ce Monsieur joue avec le feu. Nous qui payons :: avons déjà payé par avance, voulons que nos partenaires jouent les règles du jeu avec honnêteté et bonne foi. Ils ont gaspillé l'argent . Le Grexit s'annonce de plus en plus inévitable. Cela fait longtemps que mon expérience du surendettement me dit que c'est la seule solution. Pauvre peuple et message au gouvernement français :Entreprenez les trois grandes réformes qui sortiront le pays de l'ornière

  • Jemime le dimanche 7 juin 2015 à 05:09

    Les ennuis créent sont inversement proportionnelles à leur poids mondial.....on ne peut avoir ces façons de faire tout et n importe quoi. sans en supporter les conséquences....nous ne sommes plus en 1953.....nous ne saluerons pas la mémoire de tsipras et de son fantoche economiste

  • paspil le samedi 6 juin 2015 à 15:40

    je veux pas payer le FMI ... on dirait qu'il veut sortir avant la faillite .

  • cracboui le samedi 6 juin 2015 à 15:12

    EuropeGa, Moi je propose que la Grèce sorte de l'€ et en fonction de ce qui leur arrive, nous aviserons! mais je ne suis pas certain qu'ils gagnent au change et d'ailleurs ils ne souhaitent pas sortir, ils sont pas stupides.

  • M7966995 le samedi 6 juin 2015 à 14:39

    Sans Europe, les grecs seraient à leur nième coup d'état, vivraient du lait de chèvres et le pays serait gangrèné par 70 ans de corruption (quoi que pour ca l'Europe n'a pas réussi à faire grand chose). On y amènerai des denrée alimentaires comme à Haïti ou en Somalie. Ca nous coûterait moins cher mais c'est aussi le prix de la pays et de la stabilité en Europe. Ce prix doit être payé par tous y compris par les grecs.

  • r.lebleu le samedi 6 juin 2015 à 14:25

    caogan77, c'est ce que je dis dans mon post, je suis conscient qu'une part de l'argent prêté vient des contribuables européens et si on m'avait demandé mon avis par référendum j'aurai voté non pour voir avec plaisir et délectation le système financier s'effondrer !!

  • caogan77 le samedi 6 juin 2015 à 13:33

    zet marrant lebleu mais les créanciers ce sont vous et moi (surtout moi...) alors si vous voulez leur faire cadeaux allez y, vous pouvez même prendre ma part !

  • r.lebleu le samedi 6 juin 2015 à 13:06

    il est temps que les créanciers prennent leurs pertes !!! Il ne fallait pas leur prêter autant d'argent et pire il ne fallait pas leur prêter d'argent pour qu'ils remboursent leurs dettes!!! Ou avez vous vu que pour aider un pays sur-endetté il faut lui prêter encore plus d'argent??? Alors maintenant les créanciers, dont nous contribuables, représentés par des incapables, devons prendre nos responsabilités et laisser la grèce faire défaut!!!

  • lleonar2 le samedi 6 juin 2015 à 12:23

    les grecs peuvent mettre le russe ou le chinois en première langue !