Dette grecque : si l'Eurogroupe échoue, Athènes demandera une réunion au sommet

le
28
Dette grecque : si l'Eurogroupe échoue, Athènes demandera une réunion au sommet
Dette grecque : si l'Eurogroupe échoue, Athènes demandera une réunion au sommet

Ce n'est plus la réunion de la dernière chance, même si les négociations sont «compliquées», selon le patron de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem. Selon lui, «il y a des raisons d'être optimiste, mais c'est très difficile». Avant même la réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe vendredi après-midi pour un troisième round de négociations avec la Grèce, le commissaire européen allemand, Günther Oettinger (CDU, le parti de la chancelière Merkel), a évoqué une possible nouvelle réunion à Bruxelles sur la Grèce, en cas d'échec des négociations.

«Je crois qu'un accord dans les huit prochains jours est encore possible, le cas échéant lors d'une autre réunion au niveau des chefs de gouvernements», a indiqué Günther Oettinger à la radio Deutschlandfunk. Si tel n'était pas le cas le Premier ministre grec Alexis Tsipras «a informé le Président du conseil européen Donald Tusk que la Grèce demandera un sommet européen de l'UE en urgence dimanche si les discussions de l'Eurogroupe ne donnent pas un résultat positif», selon une source gouvernementale à Athènes.

La Banque centrale européenne (BCE), elle, a annoncé mercredi en début d'après-midi à l'hebdomadaire allemand «Der Spiegel», qu'elle étudiait une éventuelle sortie de la Grèce de la monnaie unique, une façon peut-être d'inciter les protagonistes à trouver rapidement un compromis.

Médiation avant la réunion

Après deux échecs, pour tenter d'arracher un compromis sur l'extension du programme actuel d'aide financière, qui s'achève le 28 février, il y a urgence : la Grèce risque de se retrouver rapidement à court d'argent, et poussée vers la sortie. Preuve que la diplomatie européenne s'agite en coulisse, la réunion, initialement prévue à 15 heures, a été repoussée. Elle n'a finalement débuté que vers 18h30.

Mais le community manager du Premier ministre grec avait tout de même envoyé, à 14 heures, un tweet par lequel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.moulin le vendredi 20 fév 2015 à 19:35

    Donnez raison à la Grèce, il faudra ensuite faire de même avec l'Espagne, l'Italie.....et à tous les pays bien endettés

  • j.moulin le vendredi 20 fév 2015 à 19:29

    Que la Grèce quitte l'€uro ce n'est pas un problème pour les pays qui en ont assez de financer ce puit sans fond. Sinon d'autre pays bien endettés auront le même comportement d'assisté.

  • fquiroga le vendredi 20 fév 2015 à 19:29

    Il vaudrait mieux qu'il prepare sa demission et convoque des nouvelles élections après son constat d'echec...Grexit

  • dams1976 le vendredi 20 fév 2015 à 19:06

    M79 alors demain j'emprunte et je rembourse pas l'excuse sera on à annulé la dette de mon grand pere don je paye pas rigolo va!!!

  • M467862 le vendredi 20 fév 2015 à 19:05

    Les grecs ne vont pas payer et les allemands le savent très bien, mais ils ne veulent pas le dire, pour l'instant. Il suffit de voir le sourire de l'allemand qui en dit long.

  • surfer1 le vendredi 20 fév 2015 à 19:05

    Un bon grexit serait salutaire comme le serait une bonne purge. Assez désagréable sur le moment mais vraiment bénéfique par la suite. Les marchés en arrivent même à souhaiter cette solution désormais.

  • jsrlak1 le vendredi 20 fév 2015 à 18:24

    Le pantalon est baissé... Le grec va pouvoir faire son travail... Ces politicards jouent avec notre argent; ils le dépensent, nous endettent; ils s'en moquent ils vivent à nos crochets

  • zerathef le vendredi 20 fév 2015 à 18:03

    Il faut se rendre a l’evidence un premier ministre et un ministre des finances grecs totalement irresponsables et incompetents, un programme vote par les Grecs : irrealisable, un pays qui ne respecte pas les regles de l’UE et triche sur ses chiffres .... Les Allemands peuvent-ils trouver un accord avec des bricolos. ? GREXIT

  • pascalcs le vendredi 20 fév 2015 à 17:20

    Quand vous devez 315€ c'est votre problème. Quand vous devez 315 milliards € c'est le problème du prêteur (inconscient).

  • ceriz le vendredi 20 fév 2015 à 17:17

    si on met la dette grecque sur la tête des européens : populisme en vue!!!!!!!