Dette grecque : le patron de la zone euro met en garde Tsipras

le
13
Dette grecque : le patron de la zone euro met en garde Tsipras
Dette grecque : le patron de la zone euro met en garde Tsipras

Hors de question d'annuler la dette grecque, même si des aménagements de remboursements semblent possibles. Ce vendredi, le chef de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, est allé s'assurer que le nouveau gouvernement de gauche anti-austérité d'Alexis Tsipras avait bien compris le message. «Ignorer les accords n'est pas le bon chemin à prendre», a-t-il prévenu après sa rencontre avec le nouveau ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis.

La veille déjà, le président du Parlement européen était parti en éclaireur à Athènes. Et Martin Schulz a semblé constater que le gouvernement de Syriza était plus ouvert que redouté: «Il y avait une crainte qu'Alexis Tsipras suive sa propre voie mais cela n'est pas vrai, il est en faveur d'une discussion», a-t-il expliqué à la fin de son entretien avec le nouveau Premier ministre.

Blocage avec la «branlante troïka»

Mais ce vendredi, le patron de la zone euro a visiblement jugé nécessaire de demander à la Grèce de «définir sa position pour aller de l'avant à l'avenir». Après sa discussion avec Jeroen Dijsselbloem, le ministre des Finances grec a lui répété que son pays était prêt à «dialoguer» avec l'Europe. Toutefois, a-t-il précisé, pas avec «une commission branlante (la délégation) de la troïka».

L'ancien Premier ministre conservateur, Antonis Samaras, a perdu l'élection législative du 25 janvier face à Alexis Tsipras, payant certainement le rejet du peuple pour les réformes imposées par la fameuse troïka - Banque centrale européenne (BCE), Fonds monétaire international (FMI) et Commission européenne. Cette dernière a prêté 240 milliards d'euros au pays mais les réformes drastiques qu'elle a exigées en échange ont très lourdement pesé sur la population: le taux de chômage dépasse encore 25% et la plupart de la classe moyenne au travail a vu son salaire largement amputé. C'est en faisant campagne contre cette austérité que Syriza ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • neutro le vendredi 30 jan 2015 à 21:09

    J'en arrive à espérer que la Grèce sorte de la zone euro pour que tous ceux qui voudraient faire la même chose voient le chaos dans lequel la Grèce se précipiterait, cela leur ferait passer leurs envies suicidaires...

  • M7361806 le vendredi 30 jan 2015 à 18:32

    Avant toute négo il faut juger les politiciens et financiers GRECS qui ont menti pour voler l'EUROPE et qu'ils cessent de partir à la retraite avant les pays qui travaillent et remboursent ! il en va de la crédibilité de l'UE

  • acharbi1 le vendredi 30 jan 2015 à 18:03

    Les voleurs c'est les grecques .qui prennent des prêts et ne s'acquittent pas de leurs impôts

  • mfouche2 le vendredi 30 jan 2015 à 17:57

    Tsipras, le Hollande grec qui a promis aux electeurs des lendemains qui chantent ! Ils vont vite comprendre qu ils se sont fait enfler les grecs , car dans le meilleur des cas rien ne changera , mais dans la pire des hypothèsds , dans quelques mois ils feront la queue dans la rue pour un bol de soupe comme les maméricains en 1931 ! Vive la gauche prolétarienne !

  • olive84 le vendredi 30 jan 2015 à 17:56

    @M8051101... oui je sais bien que certains sont choqués... mais aucun médias pour dénoncer cette dictature imposée par ces voleu..rs et escr..ocs de leurope

  • M8051101 le vendredi 30 jan 2015 à 17:45

    @olive84 Moi ça me choque. Ces gens non-élus sont là pour servir les marchés financiers. Heureusement, lorsque les peuples se réveillent, ils peuvent démocratiquement décider de mettre un terme à ce parasitage.

  • EuropeGa le vendredi 30 jan 2015 à 17:45

    @M8051101 D'accord avec toi, il faut revenir au franc, retrouver notre souveraineté monétaire. De plus, l'abandon de l'euro est générateur d'emplois pour notre pays.

  • Av'DiamS le vendredi 30 jan 2015 à 17:43

    mdr.....ils osent menacer la Grèce après l'avoir mise a genou et que son peuple VIENS de relever la tête par fierté ....C'est NOUS européens qui devrions nous courber devant ce peuple qui se libère de l’oppression financière imposée par des technocrates vivants dans leur bulle....Pour Nos enfants LEVONS-NOUS AUSSI LA TÊTE....Ps; cherchez par internet la puissance de l'armée Grec !!! (tout petit la France)...peut faire peur. !!!

  • M8051101 le vendredi 30 jan 2015 à 17:42

    @fififif2 Mais bien sûr qu'on va payer. Vous croyez que par un coup de baguette magique l'économie grecque va devenir performante et qu'ils vont nous rembourser. Ne rêvez pas ! La solution définitive, c'est abandonner l'euro, et que chacun assume son train de vie.

  • EuropeGa le vendredi 30 jan 2015 à 17:39

    L'Europe sera obligée de transiger avec la dette grecque. Sinon, il y a un risque important de la zone euro, et ce risque là, les allemands ne sont pas prêts à le prendre. Le petit mouton français suivra, comme d'habitude : les français payent des impôts, et avec cet argent, la France aidera la Grèce.