Dette émergente : Franklin Templeton mise sur l'Afrique et les monnaies locales

le
0

(NEWSManagers.com) -

" La classe d'actifs " dette émergente" pèse actuellement environ 3.500 milliards de dollars dont 1.100 milliards d'obligations d'entreprises. Les émissions en monnaies " dures" représentent 600 milliards, le reste est en monnaies locales ; environ 1.500 milliards de dollars en monnaies locales sont véritablement négociables" , résume pour Newsmanagers Claire Husson-Citanna, portfolio manager Emerging Markets Debt Research Analyst chez Franklin Templeton Fixed Income Group. Cette spécialiste rappelle en outre que la dette émergente est une classe d'actifs où il y a quatre risques principaux : liquidité, convertibilité, change et risque souverain. Et que les risques exogènes peuvent s'avérer très élevés.

Chez Franklin Templeton, l'encours en dette émergente amassé depuis 1996 représente environ 10 milliards de dollars, dont 25 % en monnaies locales, sous forme de fonds de droit américain, dont un fonds Nasdaq de 690 millions de dollars, un " trust" , un fonds des îles Caïman et un fonds canadien, plus des comptes cantonnés ainsi qu'un fonds de droit irlandais (800 millions de dollars) et un autre de droit luxembourgeois (moins de 400 millions de dollars). La poche de cash représentait 8-10 % fin mai, mais elle a été ramenée à 5 % ces dernières semaines.

Interrogée sur la stratégie actuelle, Claire Husson-Citanna explique que les " sweet spots" sont en ce moment l'Afrique et les devises locales, l'écart de rendement des émissions en monnaies dures n'étant pas suffisamment rémunérateur. Après la récente correction, il existe des points d'entrée, avec le " repricing " .

D'une manière générale, la gérante de portefeuille préfère les souverains frontaliers, et se maintient à distance des titres high beta (comme les BRIC). Elle s'intéresse aux primo-entrants d'Afrique, Asie centrale et Amérique latine (Paraguay, Rwanda, Mongolie) et surtout aux émissions en monnaies locales plus qu'à celles en dollars (Nigeria, Ouganda, Tanzanie). Elle attend aussi avec curiosité une émission du Bangladesh en préparation.

Cela posé, Claire Husson-Citanna explique que, d'une manière générale, " Franklin Templeton n'a pas vocation à être le seul prêteur d'un pays" . L'équipe dette émergente travaille avec des courtiers disposant de filiales locales ainsi qu'avec des banques " pas trop grosses" .

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant