Dette de la France : imbroglio autour de la note de Moody's

le
6
Dette de la France : imbroglio autour de la note de Moody's
Dette de la France : imbroglio autour de la note de Moody's

L'agence Moody's s'apprête-t-elle à baisser la note de solvabilité de la France ? Alors que celle-çi restait gratifiée vendredi d'un taux d'emprunt à dix ans très bas, d'environ 1,4%, le suspense agite ce vendredi la classe politique. Signe que le gouvernement suit l'affaire de très près, Michel Sapin a demandé vendredi à l'Autorité des marchés financiers d'enquêter sur une information diffusée jeudi par le journal L'Opinion. Selon un calendrier soumis aux autorités européennes, Moody's doit livrer vendredi, après la fermeture de la Bourse, un avis sur la dette française. Elle peut toutefois aussi choisir de rester muette. Dans tous les cas, elle est tenue d'informer le gouvernement à l'avance.

L'Opinion assurait jeudi que Moody's avait déjà informé l'exécutif d'une baisse imminente de la note du pays. Une «information erronée», «éthiquement répréhensible» et qui «a eu un impact sur les marchés financiers», a déclaré le ministre des Finances dans un communiqué. L'AMF de son côté dit «analyser précisément depuis hier (jeudi, NDLR) le marché de la dette française avant et après la parution de l'article en cause».

«Je ne sais pas ce que fera l'agence Moody's», a quant à lui assuré le président François Hollande jeudi lors de sa conférence de presse semestrielle. Le Président de la République a fait valoir que, malgré plusieurs décisions défavorables des agences de notation, «jamais l'Etat (n'avait) emprunté à des taux aussi bas». En janvier 2012, juste avant de perdre sa note suprême "AAA" attribuée par l'autre grande agence de notation, Standard and Poor's, la France empruntait à dix ans à un taux d'environ 3,2%. Contre 1,4% actuellement.

Le scénario qui a la cote auprès des économistes est celui d'une baisse d'un cran de la note attribuée à Moody's pour la dette à long terme de la France, à "Aa2" contre "Aa1" auparavant. Ce serait la troisième ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 19 sept 2014 à 18:32

    Un BBB perspective négative, c'est la note réelle de la France. On y va, lentement mais sûrement.

  • bsdm le vendredi 19 sept 2014 à 15:38

    La bulle obligataire française éclatera quand l'euro sera à 1,20contre $.

  • al.porig le vendredi 19 sept 2014 à 15:21

    Le capitalisme meurt , le socialisme mène le monde...

  • M547654 le vendredi 19 sept 2014 à 15:15

    C sur que les traders investissent et speculent apres avoir lu le point.Comme toujours, ils se trompent de cible

  • bsr16 le vendredi 19 sept 2014 à 15:04

    concernant la note de la france , c'est comme le referendum ecossais...il n'y aura pas de surprise :-(

  • M4314275 le vendredi 19 sept 2014 à 14:56

    En France, nous retenons uniquement , le reste nous ignorons.