Dette d'Etat : l'arme anticrise de la BCE

le
0
Dette d'Etat : l'arme anticrise de la BCE
Dette d'Etat : l'arme anticrise de la BCE

Un Tabou tombe. Le patron de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, devrait annoncer aujourd'hui à Francfort, où siège la banque, le lancement d'une révolution économique et, surtout, idéologique : la BCE va racheter massivement des dettes d'Etat au cours des deux prochaines années ! Avec l'objectif d'éloigner l'Europe d'une crise d'un nouveau genre, la déflation alliant croissance molle, baisse des prix et chômage.

Qu'est-ce qui est annoncé aujourd'hui ?

La Banque centrale européenne devrait mettre sur la table plusieurs centaines de milliards d'euros pour acheter des titres de dette d'Etat. En effet, pour financer leurs déficits, les Etats empruntent sur les marchés financiers. Ils émettent des titres de dette, des obligations, qui sont acquis par des investisseurs. Par exemple, les épargnants français sont nombreux à détenir des petits bouts de ces dettes souveraines dans leurs assurances vie... C'est par le jeu de l'offre (des Etats) et de la demande (des investisseurs) que se fixent les taux d'intérêt applicables à ces dettes souveraines. C'est une donnée importante, car ces sommes pèsent sur les budgets des Etats. Mais aussi parce que ces taux d'intérêt influencent les taux pratiqués dans le reste de l'économie, notamment dans l'immobilier.

Pourquoi la BCE agit-elle maintenant ?

La BCE a déjà épaulé des Etats très en difficulté comme l'Italie et la Grèce au plus fort de la crise. Mais, jusqu'ici, l'institution de Francfort n'avait jamais acheté massivement de la dette française, allemande, etc. Pourquoi ? Comme le prévoit le traité de Maastricht, la Banque centrale européenne a pour principale mission de maintenir l'inflation aux alentours de 2 % par an. Ni trop au-dessus, ni trop au-dessous. Et, surtout, elle doit rester indépendante des pouvoirs publics. Acheter directement de la dette de pays reviendrait à financer les déficits des Etats en créant de la monnaie -- en faisant tourner la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant