Dette-Athènes veut négocier un échange taux variable/taux fixe

le
0
    * Athènes souhaite échanger du taux variable contre du taux 
fixe 
    * Le gouvernement a consulté des banques en vue d'un tel 
échange 
    * L'allègement de la dette au menu de l'Eurogroupe du 5 
décembre 
    * Le FMI recommande l'échange mais admet la difficulté 
 
    par George Georgiopoulos et Abhinav Ramnarayan 
    ATHENES/LONDRES, 28 novembre (Reuters) - La Grèce tente de 
convaincre ses créanciers de procéder à une révision partielle 
de ses conditions d'emprunt de façon à geler les coûts de sa 
dette à leur niveau actuel et à se prémunir du risque lié à une 
éventuelle remontée des taux d'intérêt. 
    La priorité est de trouver une solution pour la partie la 
plus importante des 228 milliards d'euros dus aux créanciers 
institutionnels après trois plans de renflouement financier. 
    Cette somme de 162,7 milliards d'euros est due au Fonds 
européen de stabilité financière (FESF) et au Mécanisme européen 
de stabilité (MES), deux structures créées par la zone euro 
durant la crise financière pour aider les pays membres en 
difficulté, a déclaré un haut fonctionnaire. 
    Le FESF et le MES empruntent sur les marchés pour pouvoir à 
leur tour prêter à la Grèce et dans la mesure où ces emprunts 
sont étalés sur une longue période et leurs coûts répercutés sur 
la Grèce, celle-ci craint un alourdissement de la facture si les 
taux d'intérêt remontent dans les années à venir, une 
perspective jugée probable. 
    C'est pourquoi Athènes souhaite un échange de dette pour 
passer en partie à du taux fixe et le gouvernement a consulté 
dans ce but des professionnels du marché primaire pour avoir une 
idée du taux qui lui serait appliqué, ont déclaré trois traders. 
    "Ça fait peut-être l'effet d'un voeu pieux pour la Grèce 
mais il en va de sa capacité à assumer sa dette. S'il devient 
impossible pour la Grèce de rembourser sa dette, tout 
s'effondre", a dit l'un d'eux. 
    Les professionnels du marché primaire ajoutent que la Grèce 
espère pouvoir utiliser les informations obtenues lors des 
discussions avec l'Eurogroupe des ministres des Finances de la 
zone euro le 5 décembre. A cette occasion, le MES, chargé par 
l'Eurogroupe de présenter un projet d'allègement de la dette, 
soumettra ses recommandations à cet effet. 
         
    ATHÈNES VEUT ÉCHAPPER À UN CERCLE VICIEUX  
    "Echanger une partie de la dette à taux variable pour du 
taux fixe permettrait d'échapper à un éventuel cercle vicieux si 
les taux d'intérêt remontent à l'avenir", a expliqué le haut 
fonctionnaire. "Si le risque de taux n'est pas neutralisé, on 
risque de se retrouver dans une situation à la Sisyphe (pour ce 
qui est des remboursements de la dette)".  
    La Grèce peut se targuer de l'appui du Fonds monétaire 
international (FMI) puisque celui-ci a recommandé en mai à 
l'Union européenne (UE) de maintenir tous les coûts d'emprunt à 
leur niveau actuel. 
    Si cette recommandation est suivie et accompagnée du report 
d'échéances et de paiements également préconisé par le FMI, la 
dette de la Grèce se trouvera réduite dans une proportion de 53% 
du PIB d'ici 2040 et de 151% du PIB d'ici 2060, selon des 
estimations du Fonds, qui admet toutefois que la mise en oeuvre 
d'un tel schéma est politiquement délicate.  
    Les 162,8 milliards d'euros de dettes concernées incluent 31 
milliards d'euros d'obligations à taux variable du FESF cédées 
aux banques grecques et Athènes veut également les échanger pour 
du taux fixe à maturité plus longue, de 30 ans en l'occurrence, 
a expliqué le haut fonctionnaire.  
    A moyen terme, Athènes espère renégocier également les 
conditions de 52,9 milliards d'euros de dette bilatérale envers 
la zone euro, également à taux variables. Le solde de 13 
milliards d'euros est dû au Fonds monétaire international (FMI). 
    Enfin, la Grèce a un encours de dette à moyen et long terme 
de 57 milliards d'euros et à court terme de 14,5 milliards sur 
les marchés financiers, intégralement à taux fixe.  
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux