Detroit : l'Amérique émerge d'un mauvais cauchemar  

le
0
Sans retrouver les fastes d'antan, le Detroit Motor Show a gagné un lustre qui, après les éditions de crise, montre un prudent regain d'optimisme. Une impression confirmée par les premières nouveautés dévoilées.

L'air glacé qui s'engouffre depuis le Canada tout proche dans les artères désertes de Detroit pourrait tétaniser tout être vivant s'il n'était, ici même, particulièrement bien équipé. Les pick-up et 4 × 4 se dandinent tranquillement sur leurs grandes roues et trustent encore, crise ou pas crise, les deux premières places au palmarès des ventes 2010. L'inamovible Ford F150 puis le Chevrolet Silverado dominent de toute leur masse les cinq japonaises compactes qui suivent au classement, signalant un éclectisme naissant des consommateurs. Une nécessité impérieuse pour Detroit, la capitale des Big Three de l'automobile, qui semble encore sonnée par la faillite déclarée de GM, le redressement au forceps - et sur ses ressources propres - de Ford et le sauvetage sentant le souffre de Chrysler par Fiat.

Tous les dossiers ne sont pas apurés et le contribuable américain ne s'y trompe pas, accordant aujourd'hui beaucoup plus de considération à un Ford qui n'a pas mendiü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant