Détérioration préoccupante de la rentabilité des groupes du CAC 40

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Pour la septième année consécutive, le cabinet Ricol Lasteyrie a publié son profil financier du CAC 40. L'étude s'appuie sur les états financiers de l'exercice 2012 qui ont été communiqués au printemps dernier par les sociétés cotées. Après un exercice 2011 «relativement bon», le cabinet de conseil a constaté que la rentabilité des entreprises du CAC 40 «s'est fortement détériorée en 2012». Pour un chiffre d'affaires (comparable) en légère progression, tous les autres indicateurs majeurs compilés par Ricol Lasteyrie se sont inscrits en baisse.

En 2012, le bénéfice aggloméré des sociétés de l'indice CAC 40 a baissé de 28% et leur marge opérationnelle est revenue de 9,5 à 8,2%, «un niveau proche de son plus bas de 2009». Pire encore, le rendement moyen des capitaux propres s'est replié de 9,2% en 2011 à 6,5%, l'an dernier, pour tout l'indice CAC, et même à 2,7% pour les seules banques de l'indice (5,6% en 2011).

Ricol Lasteyrie attribue cette dégradation de la rentabilité au montant record des dépréciations d'actifs, qui s'est élevé à un total de 16,8 milliards d'euros, l'an dernier, «un record depuis la création de cette étude». Le pic de la crise, en 2009, n'avait pas donné lieu à un tel ajustement de la valeur comptable des entreprises : «Face à la faiblesse durable de l'activité économique, nombre d'entreprises reconnaissent désormais que certains volets de leurs plans d'affaires doivent être revus à la baisse», note le cabinet. L'essentiel (72%) de ces dépréciations d'actifs, principale cause de la chute des bénéfices, s'explique par les ajustements de valeur des écarts d'acquisition (goodwills) accumulés au bilan.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant