Détente sur la dette espagnole après Moody's

le
0
PLUS BAS NIVEAU DEPUIS AVRIL POUR LES TAUX DE RENDEMENT DES OBLIGATIONS ESPAGNOLES
PLUS BAS NIVEAU DEPUIS AVRIL POUR LES TAUX DE RENDEMENT DES OBLIGATIONS ESPAGNOLES

MADRID (Reuters) - Les taux de rendement des obligations souveraines espagnoles sont tombés mercredi à leurs plus bas niveaux depuis le début du mois d'avril, au lendemain de la décision de l'agence Moody's de laisser inchangée la note souveraine de Madrid.

Moody's a confirmé le statut d'investissement de l'Espagne, alors que beaucoup craignaient dans la zone euro que la note de ce pays ne passe en catégorie spéculative ou "junk".

L'agence a estimé que le soutien de la zone euro et de la Banque centrale européenne (BCE) devrait permettre à l'Espagne de conserver un accès au marché "à des taux raisonnables, lui donnant le temps nécessaire pour stabiliser la dette publique dans les années à venir".

Cette décision maintient également la pression sur Madrid afin qu'elle demande rapidement un plan d'aide internationale.

Le rendement à 10 ans espagnol reculait de 26 points de base à 5,55% vers 12h20 GMT, un plus bas de six mois. Le rendement du papier à deux ans est tombé de son côté sous la barre de 3%, en recul de 28 points de base à 2,9%.

Parallèlement, le taux de rendement de la dette italienne à 10 ans s'est lui aussi détendu, retrouvant ses niveaux du mois de mars, à 4,82%, en baisse de 12 points de base.

Cette confirmation inattendue de la note de l'Espagne a en revanche limité l'appétit des investisseurs pour les obligations allemandes sur le marché secondaire, qui jouent le rôle de valeurs refuge en période d'aversion au risque.

Toutefois, les investisseurs ont été très demandeurs dans le cadre de l'adjudication de 4,2 milliards d'euros de dette allemande à deux ans qui s'est déroulée ce mercredi.

"Nous sommes dans un marché 'risk on' (d'appétit pour le risque) après la confirmation par Moody's de la note de l'Espagne, mais l'une des principales raisons pour lesquelles cette adjudication a été si bien couverte est la hausse des rendements, qui sont clairement revenus en territoire positif", commente Michael Leister, stratège taux chez Commerzbank.

Les rendements allemands à deux ans étaient passés en territoire négatif au cours de l'été, avant de redevenir positifs en septembre après l'annonce par la BCE de son programme de rachats d'obligations souveraines des pays en difficulté.

Ana Nicolaci da Costa, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux