Détente iranienne: quels marchés pour les sociétés françaises ?

le , mis à jour le
1
Avant l'imposition des sanctions, le constructeur national Iran Khodro a fabriqué pendant des décennies des Peugeot sous licence, ces véhicules représentant alors 35% du marché. Ici une Peugeot 405 dans les rues de Téhéran. (© K. Adl)
Avant l'imposition des sanctions, le constructeur national Iran Khodro a fabriqué pendant des décennies des Peugeot sous licence, ces véhicules représentant alors 35% du marché. Ici une Peugeot 405 dans les rues de Téhéran. (© K. Adl)

L'Iran et les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, États-Unis en tête, auxquels il faut ajouter l'Allemagne, ont trouvé un accord sur le nucléaire iranien qui prévoit la levée des sanctions occidentales en fin d'année. 

Le «jour de finalisation» de l'accord, le 14 juillet dernier, sera suivi d’un «jour de l’adoption» courant août, date à laquelle commencera la mise en œuvre des dispositions du traité. L’Iran entamera alors son processus de mise en conformité avec les demandes de l’AIEA ; parallèlement, les États-Unis et l’Union européenne suspendront leurs sanctions économiques à l’encontre de l’Iran, et l’effet des huit résolutions onusiennes prendra fin. Les restrictions internationales concernant les matériaux nucléaires et l’embargo sur les armes resteront toutefois en vigueur.

Bloc "A lire aussi"

Il suffit d’évoquer l’Iran, et le pétrole vient forcément à l’esprit. Et ce n’est pas sans raison. Les sanctions occidentales ont fait que la production pétrolière a baissé sensiblement : de 4 millions de barils par jour en 2005, elle est tombée à 3,1 millions en 2015. Les exportations pétrolières ont même été divisées par deux entre 2005 et 2014. De plus, les sanctions ont mis des bâtons dans les roues de l'exportation du pétrole : au moins 30 millions de barils se trouvent sur des

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le mardi 21 juil 2015 à 09:08

    au fait que F H , l nous disse ce que sont devenus les bateaux qu'on devait livrer aux russes, et combien on paye de pénalités.. hier j'ai entendu que les 1er à être en en visite en iran , c'est le ministre de l'économie allemand + 50 chef d'entreprises alors qu'en france on préfère attendre , et créer encore une couche supplémentaire au mille feuille européen… vraiment en gestion d'un pays, complètement à la ramasse