Destructions liées à l'Ecotaxe: Valls demande la «fermeté» aux préfets

le
0
Destructions liées à l'Ecotaxe: Valls demande la «fermeté» aux préfets
Destructions liées à l'Ecotaxe: Valls demande la «fermeté» aux préfets

Très discret jusqu'ici dans le feuilleton de l'écotaxe, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a demandé aux préfets, par circulaires en date de mercredi dernier et dimanche, de la «fermeté» face aux destructions de radars routiers et de bornes écotaxe.

Dans deux circulaires adressées aux préfets de police, de zones de défense et à ceux délégués à la sécurité, le ministre fait état des «réactions» en Bretagne à la suite de la suspension par le gouvernement du dispositif écotaxe et de «l'opposition qui s'organise (...) depuis plusieurs jours» évoquant à cet égard des «actions violentes».

En conséquence, Manuel Valls leur demande de «renforcer la sécurité» sur les dispositifs écotaxe (portiques et bornes) et de mobiliser la Sous-direction de l'information générale (SDIG, les ex-Renseignements généraux) afin que ses agents identifient les groupes «portant atteinte aux biens publics dans ce contexte» y incluant aussi les radars de vitesse cibles de détériorations.

Il réitère cette circulaire dimanche insistant auprès des préfets pour «renforcer la vigilance en multipliant les patrouilles de manière fréquente et aléatoire» ainsi qu'«identifier, interpeller et déférer devant l'autorité judiciaire les auteurs de ces actes inadmissibles». Il leur demande de «faire preuve de la plus grande fermeté».

Il ne faut «tolérer en aucun cas de telles exactions», ajoute le ministre, «sans que l'autorité judiciaire ne soit mise à même d'en poursuivre les auteurs».

Vague de dégradations

Trois personnes qui ont tenté de détruire un radar routier en Bretagne comparaîtront début décembre, a-t-on appris ce lundi auprès du parquet de Rennes.

? 46 radars vandalisés en Bretagne. Dimanche, la préfecture de Bretagne recensait quelque 44 radars routiers vandalisés dans la région (sur 109) depuis début novembre, dont plus de la moitié sont hors d'usage. Malgré la mise en place de moyens ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant