Destruction d'un troisième pont sur le Tigre à Mossoul

le
0
    par Saif Hameed et Stephanie Nebehay 
    BAGDAD/GENEVE, 22 novembre (Reuters) - Un raid aérien de la 
coalition qui soutient les forces progouvernementales irakiennes 
a permis la destruction d'un pont enjambant le Tigre à Mossoul 
où les combattants de l'organisation Etat islamique (EI) sont 
retranchés, a indiqué un porte-parole de la coalition sous 
commandement américain, mardi. 
    Cinq ponts relient la partie ouest et la partie est de 
Mossoul, grande ville du nord de l'Irak contre laquelle a été 
lancée une offensive pour en déloger les djihadistes. 
    Il y a un mois, une frappe de l'aviation américaine avait 
détruit le pont numéro deux menant vers le centre de la ville 
sur la rive orientale du fleuve. 
    Deux semaines plus tard, une nouvelle frappe avait détruit 
le pont numéro cinq qui sert d'axe vers le nord de 
l'agglomération. 
    Le raid aérien mené, selon le colonel John Dorrian de 
l'armée de l'air américaine, au cours des dernières 48 heures a 
permis de détruire le pont numéro quatre, celui situé le plus au 
sud. 
    "Ces efforts contrarient la liberté de mouvement de Daech 
dans Mossoul, cela entrave leur capacité à réapprovisionner et à 
renforcer leurs combattants dans toute la ville", a expliqué le 
colonel Dorrian. 
    Le général irakien Yahya Rasool, porte-parole du centre de  
commandement des opérations conjointes, n'a pas confirmé 
l'information mais a précisé que tous les ponts de la ville 
avaient été piégés par l'EI. 
    L'armée irakienne estime qu'environ 5.000 djihadistes se 
trouvent actuellement dans Mossoul qu'ils ont transformée en 
forteresse urbaine, se servant des civils restants, estimés à un 
million, comme de boucliers humains. 
    L'offensive des forces gouvernementales lancée il y a cinq 
semaines réunit environ 100.000 hommes appartenant à une 
coalition hétéroclite composée de soldats irakiens, d'unités 
paramilitaires chiites et de combattants kurdes. 
    Leur avance est ralentie par la topographie urbaine qui 
donne l'avantage aux djihadistes. Ces derniers circulent au 
moyen de tunnels, ils ont piégé un certain nombre de bâtiments 
et disposé des tireurs embusqués à des points stratégiques. Ils 
ont par ailleurs recours à des kamikazes. 
    La destruction des ponts enjambant le Tigre inquiète 
l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui fait 
valoir que ce sont autant de voies d'évacuation des civils qui 
sont ainsi coupées. 
    "C'est un sujet d'inquiétude pour l'OIM car cela va laisser 
des centaines de milliers de personnes sans moyen rapide de fuir 
les combats", a commenté Joel Millman, porte-parole de l'OIM à 
Genève. 
    L'organisation onusienne indique que le nombre de personnes 
déplacées par les combats dans et autour de Mossoul a légèrement 
diminué, certaines populations étant retournées chez elles dans 
les régions reprises par les forces gouvernementales. 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant