"Destiny", le nouveau pari de l'éditeur de "Call of Duty"

le
0
"Destiny", le nouveau pari de l'éditeur de "Call of Duty"
"Destiny", le nouveau pari de l'éditeur de "Call of Duty"

L'éditeur Activision Blizzard espère faire du jeu vidéo "Destiny", l'un des plus chers jamais créés, le premier épisode d'une saga à succès, au moment où son fer de lance "Call of Duty" commence à montrer des signes d?essoufflement.Le groupe américain a dépensé 500 millions de dollars (environ 386 millions d'euros) pour ce projet développé par Bungie, le studio à l'origine de la série "Halo" et auparavant associé à Microsoft."Cette somme ne concerne pas uniquement la création du jeu", tempère Michael Sportouch, vice-président d'Activision Europe, interrogé par l'AFP. "Elle regroupe tout l'investissement nécessaire à la mise en place de la licence, notamment en termes de marketing."Loin du réalisme d'un "Call of Duty", cette nouvelle production aux allures de space-opéra, lancée mardi en Europe et aux Etats-Unis, prend place dans un futur post-apocalyptique. Le joueur dirige un gardien en lutte contre d'obscures forces menaçant la stabilité de l'univers.Si la forme reste classique pour un jeu de tir en vue subjective (l'action est vue à travers les yeux du héros), ce projet, qui a demandé cinq années de travail, tente néanmoins d'innover dans son déroulement, en rompant avec la succession de niveaux dont les évènements sont prédéterminés, comme c'est le cas chez la majorité de ses concurrents.En l?occurrence, il s'agit de réaliser diverses missions, sans suivre forcément un ordre établi, dans un monde persistant où d'autres joueurs sont également présents. En éliminant des ennemis, le personnage devient plus fort et peut améliorer son arsenal. Dans un secteur où les nouveaux volets de sagas déjà connues se taillent la part du lion en termes de ventes, imposer un nouveau nom constitue un défi.- engouement du public -Pour le relever, Activision Blizzard s'est attaché à distiller au compte-gouttes les informations et les images depuis un an et demi, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant