" Désormais messieurs, les coups de pied sont interdits ! ".

le
0
" Désormais messieurs, les coups de pied sont interdits ! ".
" Désormais messieurs, les coups de pied sont interdits ! ".

C'est une date fondatrice de l'histoire du football. Le 6 décembre 1882 naissait l'International Football Association Board (IFAB), qui reste encore aujourd'hui le gardien des lois du jeu. Si les coups de pied sont interdits dans ce sport, si le hors-jeu a été instauré ou s'il existe la règle des corners, c'est grâce à cet organisme peu connu, mais ô combien fondamental.C'est de préhistoire du football dont il est question ici. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque et oublier les évidences d'aujourd'hui. Que le terrain soit rectangulaire, que les buts soient en dur, que le jeu se pratique à 11 contre 11 pendant 90 minutes avec une mi-temps et un changement de côté, que le gardien ait droit de prendre le ballon à la main mais seulement lui, que l'arbitre gambade sur le pré au milieu des joueurs, toutes ces choses paraissent tellement naturelles. Pourtant, elles ne l'ont pas toujours été. Forcément, comme dans tout jeu, il a fallu inventer des règles, uniformiser la chose et se tenir à les respecter. C'est pour tout cela que la date du 6 décembre 1882 est si essentielle. Ce jour-là, deux représentants de chacune des quatre fédérations du Royaume-Uni – Angleterre, Écosse, pays de Galles, Irlande – décident de fonder l'International Football Association Board, ou IFAB. Cette organisation devait être créée parce que justement, ça devenait un peu trop le bazar dans le tout petit monde du football à cette période. C'est l'époque des premiers matchs internationaux entre ces quatre nations (on ne joue alors que très peu au football à proprement parler hors du Royaume-Uni) et chaque fois qu'une rencontre doit être disputée, ça se chamaille avant même le coup d'envoi. Car le problème, c'est que personne n'est vraiment d'accord sur les règles à respecter. Comme il n'existe pas encore d'instance pour décider, c'est bien souvent la nation organisatrice du match qui impose un règlement et l'équipe de la nation visiteuse doit s'y plier, même si elle est habituée à jouer un football différent.
The simplest game
Et quand on parle d'un football différent, il n'est pas toujours question de petites subtilités. À l'époque, certains joueurs réclament encore de pouvoir relancer les touches au pied (comme dans les tournois de sixte) ou de disputer la partie sur un terrain avec des buts à la taille aléatoire et parfois sans transversale (un simple ruban fait l'affaire) ! Il devient urgent de se réunir et de décider vraiment des règles à suivre et de celles à rejeter. L'IFAB sert donc de gardien des lois du jeu et tiendra sa première réunion officielle seulement le 2 juin 1886. Il en fallait du temps pour se décider Globalement, le règlement qui sera retenu à l'époque se base sur deux recueils rédigés depuis déjà quelques décennies : les Cambridge Rules de 1848 et la...

C'est de préhistoire du football dont il est question ici. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque et oublier les évidences d'aujourd'hui. Que le terrain soit rectangulaire, que les buts soient en dur, que le jeu se pratique à 11 contre 11 pendant 90 minutes avec une mi-temps et un changement de côté, que le gardien ait droit de prendre le ballon à la main mais seulement lui, que l'arbitre gambade sur le pré au milieu des joueurs, toutes ces choses paraissent tellement naturelles. Pourtant, elles ne l'ont pas toujours été. Forcément, comme dans tout jeu, il a fallu inventer des règles, uniformiser la chose et se tenir à les respecter. C'est pour tout cela que la date du 6 décembre 1882 est si essentielle. Ce jour-là, deux représentants de chacune des quatre fédérations du Royaume-Uni – Angleterre, Écosse, pays de Galles, Irlande – décident de fonder l'International Football Association Board, ou IFAB. Cette organisation devait être créée parce que justement, ça devenait un peu trop le bazar dans le tout petit monde du football à cette période. C'est l'époque des premiers matchs internationaux entre ces quatre nations (on ne joue alors que très peu au football à proprement parler hors du Royaume-Uni) et chaque fois qu'une rencontre doit être disputée, ça se chamaille avant même le coup d'envoi. Car le problème, c'est que personne n'est vraiment d'accord sur les règles à respecter. Comme il n'existe pas encore d'instance pour décider, c'est bien souvent la nation organisatrice du match qui impose un règlement et l'équipe de la nation visiteuse doit s'y plier, même si elle est habituée à jouer un football différent.
The simplest game
Et quand on parle d'un football différent, il n'est pas toujours question de petites subtilités. À l'époque, certains joueurs réclament encore de pouvoir relancer les touches au pied (comme dans les tournois de sixte) ou de disputer la partie sur un terrain avec des buts à la taille aléatoire et parfois sans transversale (un simple ruban fait l'affaire) ! Il devient urgent de se réunir et de décider vraiment des règles à suivre et de celles à rejeter. L'IFAB sert donc de gardien des lois du jeu et tiendra sa première réunion officielle seulement le 2 juin 1886. Il en fallait du temps pour se décider Globalement, le règlement qui sera retenu à l'époque se base sur deux recueils rédigés depuis déjà quelques décennies : les Cambridge Rules de 1848 et la...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant