Désormais favori, Hollande cherche à se présidentialiser

le
0
L'ancien chef du PS sent que les regards ont changé sur lui et veut élever le niveau de ses interventions.

Pendant longtemps, François Hollande a vécu dans un monde virtuel. Dominique Strauss-Kahn devait y remporter les primaires du PS puis l'élection présidentielle de 2012, Martine Aubry ne devait pas se présenter et Ségolène Royal n'avait plus aucune chance. Quant à lui, il incarnait le vaillant challenger qui se targuait de faire mentir les sondages et d'écrire la version socialiste de David contre Goliath.

Depuis le retrait de fait de Dominique Strauss-Kahn, François Hollande est entré dans le monde réel. À savoir, une primaire avec pléthore de candidats, dans laquelle il fait désormais figure de favori. «Je ne change pas de rythme ou de mode de campagne en fonction des circonstances, assure-t-il. J'essaie de rester sur le cap que je me suis fixé.» Pas évident, maintenant que celui contre qui il avait construit sa candidature a disparu. Face à un directeur général du FMI auréolé de sa stature d'homme d'État international, le président du conseil général de Co

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant