Désir, à la tête du PS : la main invisible de Hollande

le
0
Sans prendre parti ouvertement, le chef de l'État avait sa préférence.

Il n'a pas suivi le match. Contrairement à ce qu'indiquait son agenda, le président de la République n'a pas ­assisté à la rencontre de l'équipe de France de football contre la Biélo­russie, mardi soir. Mais de loin, il a pu suivre une autre compétition (moins palpitante): celle pour le PS. François Hollande, simple spectateur? Ce serait mal connaître le chef de l'État. Pendant onze ans, il a dirigé le PS. La politique (avec le foot) est sa passion. La direction du parti est un enjeu pour la stabilité de sa majorité. Deux raisons pour qu'il s'y intéresse. Pourtant, dès son élection, le président avait ­affirmé qu'il n'interviendrait plus dans la vie de son parti.

Harlem Désir, premier secrétaire du PS? Ça lui va. «Le résultat n'est pas mauvais au final», concède-t-on à l'Élysée. Connu pour sa neutralité politique, Harlem Désir est une solution plus rassurante pour François Hollande. Avec Jean-Christophe Cambadélis, les relations auraient été compli

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant