Désengagement d'Orange : la France tente de calmer la colère d'Israël

le , mis à jour à 23:22
12
Désengagement d'Orange : la France tente de calmer la colère d'Israël
Désengagement d'Orange : la France tente de calmer la colère d'Israël

Les téléphones entre la France et Israël ont dû chauffer ces 24 dernières heures. Alors qu'Orange a annoncé mercredi son intention de se désengager du marché israélien, suscitant de vives réactions, dont celle assez véhémente du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Quai d'Orsay tente de désamorcer la polémique.

« S'il appartient au président du groupe Orange de définir la stratégie commerciale de son entreprise, la France est fermement opposée au boycott d'Israël », a souligné vendredi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. « La France et l'Union européenne ont par ailleurs une position constante et connue de tous sur la colonisation », conclut le très bref communiqué du ministère.

L'orage a grondé mercredi. En déplacement au Caire (Egypte), voisin d'Israël, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, s'est dit prêt à « abandonner demain matin » ses liens avec l'opérateur israélien Partner, qui utilise le nom et l'image d'Orange en Israël en échange d'une redevance. « Notre intention est de nous retirer d'Israël », « cela va prendre du temps [mais] nous allons certainement le faire ». S'il ne le dit pas, les propos du PDG sont motivés par les activités de Partner dans les colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-est, en contradiction avec le droit international.

VIDEO. Fabius : la France «fermement opposée» au boycott d'Israël

Le PDG d'Orange invoque une décision «purement commerciale»

Furieux, le Premier ministre israélien a appelé jeudi le gouvernement français -l’État français détient 25% du capital d'Orange- « à publiquement rejeter les déclarations et les agissements malheureux d'une compagnie dont il est en partie le propriétaire ». « On ne pardonnera pas ce drame absurde », promettait-il enfin. Sa ministre adjointe des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, s'est, ce vendredi, montrée rassurée : « Je salue l'annonce du gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le samedi 6 juin 2015 à 22:59

    polémique pour polémique totalement ridicule. L’israélien Drahi qui contrôle sfr se fera un plaisir de reprendre la clientele pour compenser les 400 000 abonnés perdus en france ! Netamiaou n'a pas autre chose à faire ???

  • paul1081 le samedi 6 juin 2015 à 07:00

    Il faut boycotter la société Michelin qui a une usine de pneus sur le territoire illégalement occupé par la Turquie, depuis 1974, de 40 % de Chypre !

  • b.renie le samedi 6 juin 2015 à 05:51

    colère totalement injustifiée si ce n'est par un procès d'intention dont il reste à démontrer les fondements

  • macgiver le samedi 6 juin 2015 à 00:11

    Cette polémique est totalement insensée : Orange est une société de droit privée et est libre de sa politique commerciale.

  • cavalair le vendredi 5 juin 2015 à 23:43

    Allo Orange...ne coupez pas

  • xk8r le vendredi 5 juin 2015 à 16:24

    même pas foutu d'avoir une sté de téléphonie à eux !!!!!!!!!!!

  • jlgatel le vendredi 5 juin 2015 à 15:43

    ca gaz pas fort entre eux!!

  • bouza le vendredi 5 juin 2015 à 15:33

    Je vous rappelle qu'Hollande est allé chanter un "chant d'amour" à Israle lors d'un diner privé avec Netanyaou. Orange va vite rentrer dans le rang, sinon gare aux pressions de toutes sortes, et en premier lieu du crif et de ses amis polititiens. Bon courage mr Richard, vous n'avez pas fini d'en baver...

  • pbenard6 le vendredi 5 juin 2015 à 15:26

    ah bon, ils sont colériques?

  • aerosp le vendredi 5 juin 2015 à 15:09

    hollande a dû chanter des louanges